1er mai : le travail, ce n’est pas toujours la fête

L’enquête du groupe Randstad sur le sens au travail tombe à point nommé, à la veille de la fête du Travail. Il en ressort que près d’un Français sur cinq (18 %) a le sentiment d’occuper un « bullshit job », autrement dit, un boulot de m….

Blasés, mais pas résignés, Pour plus de deux Français sur cinq (43 %), la solution passe par une remise en question totale. Ils comptent avant tout sur eux-mêmes. 23 % estiment que lancer sa propre activité est le levier le plus efficace pour retrouver un emploi ayant du sens.

 

Mais 20 % pensent qu’il changer radicalement de métier « Le sens au travail est un déterminant essentiel dans l’emploi, et joue un rôle croissant pour attirer et surtout retenir les talents. Les Français ne restent pas passifs. Ils n’attendent plus de l’entreprise qu’elle leur apporte une solution », constate François Béharel, président du groupe Randstad en France (photo)

 

Lorsqu’on les interroge sur les concessions qu’ils seraient prêts à faire, ils plébiscitent avant tout la formation et la reconversion professionnelle (48 %), même si cela implique une période de moindre rémunération. Paradoxalement, ils sont nettement moins nombreux à être prêts à renoncer à un CDI (28 %) ou à accepter un salaire moins élevé (20 %).