Quatre salariés sur dix se plaignent du déséquilibre entre leur vie professionnelle et leur vie privée

Trois salariés européens sur quatre préfèrent maintenir une frontière entre leur vie professionnelle et leur vie personnelle, selon l’étude « Révélez vos   talents » d’ADP (Automatic Data Processing). Néanmoins, l’étude, menée auprès de quelque 2 500 travailleurs en France, en Allemagne, en Italie, aux Pays-Bas et au Royaume-Uni, conclut que près d’un tiers (31 %) des intéressés  ne pensent pas avoir un bon équilibre vie professionnelle – vie privée.

Les femmes attachent plus d’importance à cet équilibre vie professionnelle. Elles 62 % à juger ce point très important dans la perspective d’une carrière, contre seulement 52 % des hommes. Plus les salariés sont jeunes, moins ils sont enclins à considérer l’équilibre vie professionnelle – vie privée comme essentiel.  L’absence de charges familiales explique sans doute cette orientation.

 

Deux tiers des salariés français affirment que leur vie privée a des conséquences sur leurs performances professionnelles (65 %), tandis que 42 % affirment qu’une mauvaise journée passée au travail a un impact sur leur vie personnelle (seulement 25 % en Italie). 81 % des salariés français aiment garder une barrière entre les deux sphères.

 

Carlos Fontelas De Carvalho, Président d’ADP en France et en Suisse (photo),  commente : « Avec l’avènement de la flexibilité dans le travail, et l’utilisation répandue des technologies qui l’accompagnent, les entreprises risquent d’encourager une culture du  toujours disponible . Les salariés confrontés à ce genre de travail sont enclins à être moins impliqués, et ces habitudes de travail pourraient même avoir un impact négatif sur la productivité. Les équipes RH, et les décideurs d’entreprise devraient laisser aux individus l’opportunité de décider ce à quoi leur équilibre vie professionnelle – vie personnelle devrait ressembler. Les personnes voulant combiner travail et vie privée, et travailler de manière plus flexible, devraient pouvoir le faire. À l’identique, ceux qui préféreraient séparer ces deux facettes de leur vie devraient eux aussi être en mesure de le faire. »