Assurance chômage : la CFE-CGC va défendre un système assurantiel

La CFE-CGC  perçoit des « contraintes paradoxales » dans les négociations relatives à l’assurance chômage qui s’ouvre le 9 novembre. Elle souligne la difficulté de « sécuriser les parcours professionnels des demandeurs d’emploi tout en diminuant les dépenses, responsabiliser les entreprises sans les impacter financièrement, imaginer un meilleur système de couverture de longue durée avec moins de ressources, imaginer une nouvelle architecture sans connaître le futur contour de l’indemnisation universelle, sécuriser la philosophie du régime assurantiel en ayant une minorité de population couverte par un régime purement assurantiel (sans exonération de contribution) et enfin réduire les déficits sans garantie aucune de pérennité des ressources allouées par l’État ».

 

Le syndicat juge « les chances de réussite de cette négociation ténues »,  mais « s’engage avec détermination dans ce cycle de réunions pour que l’assurance chômage ne soit pas étatisée ». Il compte défendre un système assurantiel où la base de cotisation est la même que celle du calcul de l’allocation, le  traitement étant identique pour toutes les catégories professionnelles.