Baromètre santé des fonctionnaires : alerte aux TMS et aux troubles du sommeil

MFP Services publie ce 8 juillet la troisième édition de son Baromètre Santé des Fonctionnaires, dont la précédente édition date de deux ans. On y apprend que les pathologies liées au travail les plus présents dans cette catégorie de salariés sont les troubles musculo-squelettiques et les troubles du sommeil.

Parmi les répondants, 70% souffrent d’au moins un trouble musculo-squelettique (TMS). Parmi ceux-là, 48% se plaignent de douleurs dans le dos, 33% de la nuque et 32% des épaules. Des difficultés liées à leur environnement professionnel ont un impact sur la vie quotidienne de 62% des agents. Un répondant sur cinq a eu un arrêt de travail au cours de la dernière année pour cette raison.

 

Les addictions sont également particulièrement présentes. Les fonctionnaires sont moins accros au tabac , aux jeux vidéo, mais ont des comportements à risque en ce qui concerne l’alcool (11% soit 2 points de plus qu’en 2017), notamment chez les hommes (17%), les résidents des grandes villes (14%) et chez les fonctionnaires de catégorie A (15%).

 

Trois fonctionnaires sur 10 ont également déclaré avoir déjà consommé des benzodiazépines au cours des 12 derniers mois, principalement en raison de troubles du sommeil ou pour réduire leur anxiété. Cette surconsommation se retrouve principalement chez les fonctionnaires de catégorie C, au premier rang desquels les surveillants pénitentiaires, ou encore les douaniers

.

Conscient de la nécessité de trouver des méthodes alternatives pour lutter contre leurs addictions, les répondants du Baromètre souhaitent être accompagnés à travers des opérations de prévention et d’information sur mesure : 7% déclarent vouloir être accompagnés face à l’alcool, le même pourcentage sur la polymédication.

 

*« Baromètre Santé des fonctionnaires », sondage réalisé du 10 septembre au 7 octobre 2018 par MFP Services auprès de répondants fonctionnaires âgés de 18 ans et plus. 21 723 questionnaires ont été exploités. L’échantillon est représentatif après application d’un redressement sur les critères suivants : sexe, âge, mutuelle et activité professionnelle.