Emploi des personnes ayant un handicap : nouvel accord unanime dans l’industrie pharmaceutique

Les entreprises du médicament ont signé le 21 novembre avec les syndicats un troisième accord de branche relatif à l’emploi des personnes en situation de handicap au handicap. Les parties ont pour objectif d’atteindre un taux d’emploi direct de 4 % d’ici à 2022.

Forts d’un bilan positif marqué par un doublement en dix ans du taux d’emplois directs des personnes en situation de handicap -de 1,35 % en 2009 à 3,19 % en 2018-, le Leem et les organisations syndicales de salariés représentatives dans l’industrie pharmaceutique (CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, CGT-FO et l’UNSA-UFIC) vont poursuivre « une politique sectorielle volontariste » pour atteindre un taux d’emplois directs de 4 % en 2022.

 

La loi du 5 septembre 2018 pour la liberté de choisir son avenir professionnel a réformé en profondeur l’obligation d’emploi des travailleurs handicapés (OETH). C’est dans ce contexte légal évolutif que s’inscrit ce nouvel accord. Lequel accorde une attention particulière à l’emploi direct. Il sera applicable à partir de 2020, une fois revêtu de l’agrément des pouvoirs publics.

 

La feuille de route ambitieuse sera le recrutement et le maintien dans l’emploi des personnes en situation d’un handicap -notamment à l’égard des plus jeunes par le biais de stages, de contrats d’alternance-, mais aussi des personnes déclarées inaptes en situation de handicap. Des actions innovantes inclusives seront également initiées pour les personnes présentant un état de santé extrêmement fragile (affections longues durées, maladies chroniques invalidantes, accidents de la vie, etc.

 

La branche s’appuiera sur l’association paritaire HandiEM [Handicap Entreprises du Médicament] , créée en 2008, dans la foulée du premier accord. Elle décline la politique sectorielle auprès des 250 entreprises concernées qui emploient 71 000 salariés. Par une mutualisation des contributions « handicap », elle accompagne et conseille les entreprises dans la recherche et la construction de solutions individuelles et collectives.

 

: « Notre responsabilité collective doit permettre de trouver des solutions pour qu’aucune personne ne soit écartée de l’emploi en raison de son handicap. Notre secteur se doit d’être exemplaire sur le sujet de l’inclusion des personnes fragilisées dans leur emploi du fait de leur état de santé », souligne Philippe Lamoureux, directeur général du Leem [photo].