Entretien annuel d’évaluation : en finir avec le cauchemar du manager et la frustration du collaborateur

Pour de nombreux salariés, la fin de l’année est la période des entretiens annuels d’évaluation. Cet exercice est régulièrement critiqué, jugé inadapté, chronophage et coûteux. Robert Half a recueilli l’avis d’un panel de 200 DRH afin de connaître leur perception de ce dispositif. Les résultats confirment que les DRH ont majoritairement une opinion positive.

Les DRH tiennent à l’entretien d’évaluation. Il leur permet d’avoir un point précis sur chaque salarié. Et c’est le meilleur outil pour évaluer les managers. Il s’agit en outre d’un moment d’échange d’égal à égal pour faire le point sur le travail accompli au cours de l’année, soulever les éventuelles difficultés rencontrées et envisager les perspectives d’évolution professionnelle du collaborateur. C’est également le moment pour le salarié d’engager une conversation plus directe avec son manager et le mode de management.

 

Pourtant, la fin de l’entretien annuel d’évaluation est régulièrement annoncée. De plus en plus décrié, il est même abandonné, dans certaines entreprises. Il peut se révéler contre-productif, porteur de faux espoirs de la part des salariés avant, générateur frustration après, source de démotivation. L’entretien est aussi, souvent, le cauchemar des managers. « Cet exercice réglé par un processus strict, se résume souvent à une contrainte supplémentaire, des cases à remplir, au lieu d’être le théâtre d’un dialogue constructif et efficace », constate Isabelle Le Bouëtté qui dirige Ma vie en mieux, cabinet spécialisé qui accompagne les managers et les entreprises dans la réussite de ce temps fort. 

 

Il ne s’agit pas de condamner l’entretien, mais de le réussir. Même si 19 % des DRH trouvent le dispositif inutilement chronophage et excessivement coûteux. « Bien préparé en amont, l’entretien annuel d’évaluation reste un exercice très utile pour le manager comme pour ses collaborateurs. Il permet d’analyser sa carrière, ses compétences, ses besoins en formation, son salaire et pour le responsable : ses méthodes de management. C’est une façon éclairée de se projeter aussi bien du côté des collaborateurs que de l’entreprise. L’entretien annuel d’évaluation permet à la direction d’avoir une vision globale de la masse salariale et des besoins en formation et en compétence »,  analyse Karine Doukhan, directeur de Robert Half Management Resources, spécialisé en management de transition.  Isabelle Le Bouëtté confirme : « il faut apprendre, pendant cet exercice, à dépasser le sujet de la performance passée et attendue en abordant le sujet de la motivation. C’est l’opportunité de prendre un temps privilégié avec son collaborateur pour l’écouter comme on en a rarement l’occasion au quotidien, et ainsi de mieux comprendre ce qui se joue pour lui ».