Étude Randstad: seul un Français sur trois ressent la nécessité d’acquérir des compétences numériques 

Re.sources, laboratoire de réflexion sur l’emploi du groupe Randstad publie les résultats d’une étude menée dans 34 pays et consacrée aux enjeux de la montée en compétences. Première du genre, elle est baptisée re.search. On y apprend que seul un Français sur trois ressent la nécessité d’acquérir de nouvelles compétences numériques.   

L’enquête a été menée dans 34 pays . Le bilan est en demi-teinte pour l’Hexagone. Les Français apparaissent comme moins « techno-enthousiastes » que la moyenne. Ainsi ils 64 % à considérer l’impact du numérique sur leur métier comme positif, contre 75 % en moyenne dans le reste du monde. En outre, ils semblent mal évaluer l’impact du numérique sur l’emploi et la nécessité d’acquérir de nouvelles compétences. Alors que 85 % des emplois de 2030 n’existent pas encore, seuls 34 % des Français ressentent l’urgence de se former.

 

Plus frappant encore, pour 87 % d’entre eux, cette formation relève uniquement de la responsabilité de l’employeur. Conclusion de Randstad : « Ces chiffres révèlent une forme de passivité particulièrement marquée en France et un attentisme qui tranche avec la récente réforme de la formation professionnelle, fortement axée sur la responsabilité individuelle ». François Béharel, président de Randstad France  (photo), insiste : « Le numérique a déjà un impact majeur sur l’évolution des compétences professionnelles.  Les métiers, même les plus traditionnels, se digitalisent rapidement. Les entreprises comme salariés doivent mesurer l’ampleur de cette révolution.  La réforme de la formation professionnelle a pour ambition de permettre à chacun de devenir acteur de son apprentissage.  Encore faut-il que les Français prennent le virage culturel qui s’impose ».