Influence : la revanche des responsables de formation

À en croire l’enquête Workplace Learning Report de Linked In, la troisième du genre, publiée ces jours-ci, les responsables de formation bénéficient d’un regain d’influence, en raison du rôle qui leur est prêté dans l’acquisition des nouvelles compétences que requiert la transformation des organisations.

L’enquête menée auprès de 3 300 développeurs de talents et professionnels de la formation en entreprise à travers le monde, ceux-ci voient leur budget augmenter, afin de « combler les déficits de compétences, d’accroître l’engagement, et de valoriser le potentiel de chaque personne formée ». 

 

Selon cette étude, les dirigeants attendent de plus en plus des développeurs de talents qu’ils accompagnent l’entreprise dans la planification stratégique de leurs ressources humaines, notamment pour attirer et retenir les meilleurs, ou s’assurer que leurs collaborateurs disposent des bonnes compétences pour affronter les défis.

 

Seuls 27 % d’entre eux mentionnent les « limitations budgétaires » comme un obstacle à leurs projets en 2019. Le ratio était de 49 % il y a deux ans.  À l’inverse, 82 % des responsables de la formation ou directeur du développement dans le monde (81 % en Europe) déclarent que leur direction soutient activement les programmes de formation. 

 

 Les déficits de compétences constituent la priorité numéro 1 pour les organisations, alors que le marché des talents reste incroyablement tendu et que l’obsolescence des savoir-faire s’accélère sous l’effet des mutations. L’influence des hommes du métier est donc partie pour durer.