Intempéries : grosse colère du patronat des transports

Selon la fédération nationale des transports routiers (FNTR), épaulée par l’Union des entreprises de transport et logistique de France (TLF), les intempéries engendrent 60M€ de pertes par jour, rien que pour le secteur. Ce seraut imputable au «manque de coordination des pouvoirs publics ».

Les deux organisations patronales croient discerner un manque de coordination des pouvoirs publics , conduisant à «  une situation chaotique vécue avec beaucoup de difficultés dans le transport routier de marchandises et  la logistique ». La FNTR et TLF citent notamment « des annonces d’interdiction de circulation non suivies par la publication rapide des arrêtés entraînant pour les camions un empêchement de repartir alors que les autorisations sont annoncées » . Elles notent aussi « l’ absence totale de coordination entre préfets de zones de défense et préfets de département ayant pour conséquence qu’une levée d’interdiction de circuler se heurte à une interdiction établie dans un département limitrophe ».

 

Résultat : 60 M€ de manque à gagner par jour. Le patronat du transport rappelle qu’environ 250 000 camions circulent chaque jour en Île-de-France et que 99 % des besoins quotidiens sont transportés par la route. La FNTR que préside Jean-Christophe Pic (photo) ne fait pas directement allusion aux conséquences possibles sur l’emploi, mais on perçoit l’argument à demi-mot.