La motivation des salariés s’effrite, alerte une enquête de Korn Ferry

Selon une enquête menée par Korn Ferry auprès de 230 000 salariés issus de 80 entreprises françaises, 74 % des personnes interrogées déclarent avoir de l’intérêt pour leur travail. Ce taux reste relativement stable depuis cinq ans. De même, trois prospects sur quatre disent être fiers de leur employeur. Pourtant, sur la même période, la motivation s’effrite. Les employés étaient 73 % en 2013 à se dire motivés pour faire davantage que ce qui est attendu d’eux. En 2018, ils ne sont plu que 68 % dans cet état d’esprit. Conclusion de Korn Ferry : « les dirigeants doivent agir vite pour éviter que la motivation de leurs collaborateurs qui représentent le principal avantage compétitif d’une entreprise – ne baisse davantage ».

Lorsque l’on interroge notre panel sur les conditions de travail, ils sont seulement 52 % à considérer qu’elles permettent d’être aussi efficace que possible. La notion de conditions de travail recouvrant différents éléments, comme l’environnement de travail (organisation des bureaux, flexibilité, mobilité), que les outils (hardware et software) ou encore l’organisation du travail (clarté des rôles, prise de décision, réunions)

Concernant les opportunités de développement professionnel, une des composantes fortes de l’engagement, elles sont jugées insuffisantes. Seulement 48 % des personnes interrogées estiment avoir de bonnes opportunités d’apprentissage et de développement au sein de leur entreprise. Solène de Margerie, responsable des enquêtes d’engagement au sein de Korn Ferry France (photo) commente : « Notre enquête révèle de fortes attentes de la part des collaborateurs à l’égard de leur direction. La vitesse à laquelle notre société évolue accroît la perception d’une entreprise agissant avec trop de lenteur en comparaison à ce que nous vivons dans notre quotidien avec le digital, et donc menacée par ses concurrents. La frontière entre vie professionnelle et vie privée devient poreuse et rend certains écarts de fonctionnement en entreprises difficiles à comprendre ».