L’appel à la grève des routiers CGT et FO n’a plus de fondement, estime le patronat de la branche

Après les assurances données par la ministre des Transports, Élisabeth Borne, la Fédération nationale du transport routier FNTR dit ne pas comprendre le maintien de l’appel à la grève lancé par les  fédérations CGT et FO du transport routier de marchandises pour le 9 décembre.  Son motif, le risque de minoration des heures supplémentaires à 10% au lieu de 25% puis 50% n’a pas lieu d’être, selon la ministre, reprise par le patronat.

 

Les deux organisations entendent protester contre un arrêt du Conseil d’État du 28 novembre, laquelle remet en cause la  majoration des heures supplémentaires prévue par un accord de branche. Élisabeth Borne  indique par un courrier adressé aux partenaires sociaux qu’un article de loi présenté dans les prochaines semaines au Parlement, donnerait une fois pour toutes une base légale à ce dispositif  dérogatoire. L’application de l’arrêt du Conseil d’État étant différée de 9 mois, ce délai suffira à permettre le vote de la loi  et sa promulgation.

 

Les organisations syndicales qui seront reçues le 6 décembre par la ministre des Transports.