Le groupe Humanis va créer Humanis Retraite Arrco et Humanis Retraite Agirc

Le 1er octobre 2014, les six institutions de retraite complémentaires métropolitaines* du groupe Humanis ont voté leur fusion au 1er janvier 2015, sous réserve de l’autorisation des Fédérations Agirc-Arrco,  Altea, CGRCR et Novalis Retraite Agirc donneront naissance à Humanis Retraite Agirc. Dans le même temps, Abelio, Irneo et Novalis Retraite Arrco deviendront Humanis Retraite Arrco.

Humanis Retraite Agirc et Humanis Retraite Arrco gèreront à compter du 1er janvier 2015 les cotisations de plus d’1,1 million de personnes en Agirc et de 4,4 millions de personnes en Arrco. Ces deux institutions de retraite complémentaire verseront les pensions de près de 800 000 retraités en Agirc et de 3,3 millions de retraités en Arrco. Le total des prestations s’élève à près de 18 milliards d’euros et l’action sociale à 83 millions d’euros par an. Ce qui en fait un acteur de référence.

Fort de la confiance de près de 10 millions de personnes et de 700 000 entreprises sur l’ensemble de ses métiers, le groupe se dit en phase avec son programme de fusions institutionnelles. Après la structuration des GIE de moyens en 2012, puis le rapprochement des trois institutions de prévoyance d’origine qui a donné le jour à Humanis Prévoyance au 1er janvier 2013.

 D’un point de vue opérationnel, la fusion de l’ensemble des univers informatiques sera achevée vers la fin du second trimestre 2015, insistent les dirigeants. Ils se disent prêts à « affronter les défis du plan d’efficacité économique de l’Agirc-Arrco 2014-2018, de la mensualisation des cotisations, du choc de simplification induit par la Déclaration Sociale Nominative (DSN) et de la digitalisation croissante ».

 Tout cela « n’aura aucune incidence sur les droits acquis par les salariés cotisants ni sur les prestations versées aux retraités » assure le groupe.