Les employeurs de la fonction publique territoriale veulent garder la main

Les employeurs territoriaux créent une coordination à laquelle sont associés le Centre national de la fonction publique territoriale (CNFPT) et la Fédération nationale des centres de gestion (FNCDG). Ils entendent marquer leur indépendance en matière de gestion Rh et sociale, tout en restant les interlocuteurs du gouvernement.

A la tête de plus de 50 000 collectivités territoriales et établissements publics locaux, ces employeurs gèrent près de  1,9 million d’agents publics. Ils entendent rester maîtres de leur politique de gestion RH et sociale. « En tant qu’employeurs publics et en exerçant pleinement cette responsabilité, les exécutifs locaux sont et doivent rester les seuls légitimes pour s’exprimer formellement sur ces questions. En même temps, dans le cadre d’un dialogue social national fructueux avec les organisations syndicales, il est important que les employeurs territoriaux puissent mieux faire valoir leurs positions et propositions ».  

 

La Coordination des employeurs territoriaux, porté par François Deluga, président du CNFPT (Photo), souligne qu’il « ne s’agit pas de créer une nouvelle instance, mais de permettre aux employeurs publics locaux de parler d’une seule voix face au gouvernement, dont ils deviendront un interlocuteur privilégié et incontournable, ainsi que d’approfondir le dialogue social avec les organisations syndicales représentant les personnels territoriaux dans tous les domaines, statutaire, organisation du travail, santé au travail, protection sociale, etc. ». La nouvelle organisation se définit aussi  comme « un lieu d’élaboration de leurs positions communes et leur porte-parole pour formaliser les positions de l’ensemble des employeurs territoriaux sur les questions particulières de fonction publique et d’emploi public ».