Mécénat : les entreprises financent majoritairement le social, l’éducation et l’insertion professionnelle

Reconstruire Notre-Dame, oui. Mais, rappelle le réseau Les entreprises pour la Cité en invoquant les données de sa dernière enquête Panorama des Fondations et Fonds de dotations, les domaines prioritaires du mécénat d’entreprise ne sont pas ceux que l’on croit . Les fondations d’entreprises en France soutiennent en priorité l’éducation, l’action sociale et l’insertion professionnelle.

 Les champs d’action majoritairement couverts par les entreprises mécènes concernent les enjeux du développement humain, devant l’art et la culture. Cette tendance se renforce depuis cinq ans : : les entreprises mécènes s’investissement toujours plus en faveur des enjeux sociaux et sociétaux. L’éducation reste la cause privilégiée, soutenue par 61 % des répondants, suivie de près par l’action sociale (58 %) et l’insertion professionnelle (57 %). L’action sociale, liée à la lutte contre la précarité et l’exclusion, a même progressé de 9 points entre 2016 et 2018. En outre, depuis 2016, l’environnement et l’économie sociale et solidaire grimpent, respectivement de 11 et 8 points.

 

L’art et la culture continuent de bénéficier d’un engagement significatif, de 30 % des fondations et fonds de dotations français interrogés. Ils conservent la quatrième position du mécénat d’entreprise, un maintien permis notamment par le recours au mécénat croisé. De nombreuses actions concernent par exemple à la fois la culture et l’éducation, ou encore le sport et l’insertion professionnelle.

 

Simon Bitaudeau, responsable mécénat et investissements citoyens du réseau Les entreprises pour la Cité souligne que « le mécénat ne relève plus, depuis longtemps, du seul choix des dirigeants, ni de la simple volonté de redorer son image. Il est le fruit de stratégies réfléchies, cohérentes avec la raison d’être des entreprises »

 

L’édition 2018 du Panorama des Fondations et Fonds de dotations créés par des entreprises mécènes s’appuie sur une enquête auprès d’un panel de 230 fondations et fonds de dotation, dont 84 ont répondu.