Mécontentements : les chercheurs entrent dans la danse

Les syndicats du CNRS appellent le personnel à manifester le 13 décembre, en marge de la réunion du conseil d’administration e l’organisme. Ils protestent contre la diminution de l’emploi scientifique et la baisse du budget.

L’intersyndicale fait savoir que le budget du CNRS stagne depuis plus de dix ans, avec pour conséquence la suppression de 1 581 postes de titulaires entre 2005 et 2017, soit une réduction de 6% des effectifs de titulaires depuis 2005. D’ici à 2022, le flux d’embauches sera de 250 chercheurs et 310 ingénieurs et techniciens par an, d’après les prévision de la loi de programmation 2018-2022. «  Ce niveau de recrutements impliquera la suppression d’environ 340 postes de titulaires au CNRS «  sur la période, calculent les représentants du personnel.  « Avec cette trajectoire, le CNRS et la recherche publique en France amorcent un décrochage inédit qui met en danger leurs capacités à mettre en œuvre leur principale mission ».

 

Le comité technique du CNRS demande un plan pluriannuel pour l’emploi scientifique impliquant la création de 6 000 postes de titulaires (enseignant-chercheur, chercheur, ingénieur, technicien, bibliothécaire) par an pendant dix ans dans l’enseignement supérieur et la recherche pour atteindre l’objectif de 3% du produit intérieur brut (PIB) de dépenses de recherche et développement (R&D).