Plan investissement dans les compétences : 10 000 formations aux métiers verts proposées

Muriel Pénicaud, ministre du Travail, et Estelle Sauvat, haut-commissaire à la transformation des compétences, lancent le programme 10Kverts qui vise à favoriser l’accès des jeunes et des demandeurs d’emploi aux métiers verts.

Dans le cadre de ce programme, 10 000 formations aux emplois de la transition écologique vont être cofinancées par Pôle emploi. Cela passera notamment par des préparations opérationnelles aux emplois de la transition écologique.Dans le même temps, la formation des salariés en insertion par l’activité économique sera intensifiée, via le recyclage, l’économie circulaire et les lieux de collecte d’objets mis au rebut. En outre, le plan d’investissement va aussi cofinancer la GPEC des filières impliquées afin de mieux identifier les nouveaux besoins et de disposer d’analyses plus précises concernant les compétences attendues.

 

Des projets sont en cours avec la Fédération française du bâtiment, la Fédération nationale des travaux publics), ainsi qu’avec les organisations professionnelles de la la logistique, de la valorisation des déchets, du recyclage, etc. Le processus permettra d’actualiser les référentiels des métiers et les certifications, dont certains ui ont une décennie de retard. Dans ce sens, un titre professionnel de chargé d’affaires en rénovation énergétique du bâtiment qui vient d’être créé, de même, le titre de technicien de maintenance d’équipements de chauffage, climatisation et énergie renouvelables a été profondément révisé.

 

« Les emplois verts et verdissants représentent 4 millions d’emploi, nous devons saisir cette opportunité à l’heure où la lutte contre le chômage est notre priorité », insiste la ministre du Travail. En complément de ce programme, le gouvernement a confié à Laurence Parisot, ancienne présidente du Medef, « le soin de bâtir le Plan de programmation de l’emploi et des compétences prévu par la loi pour la Transition énergétique pour la croissance verte de 2015, pour préparer nos filières à ces grandes mutations ». Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire (photo), rappelle que « c’est aussi la mission du Comité AcTE, constitué de 15 personnalités du monde socio-économique installé le vendredi 30 mars dernier pou aider à accélérer cette dynamique ».