Portage salarial : près d’un cadre sur deux prêt à sauter le pas en cas de rupture

Ce n’est pas parce qu’ils le disent qu’ils le feront, mais selon un sondage Un sondage OpinionWay pour le PEPS, fédération d’entreprises de portage salarial,  46% des cadres seraient prêts, sous conditions, à envisager d’autres formes d’emploi, dont le portage.

 

Pour les cadres, le portage salarial revêt trois principaux avantages, selon le sondage publié ce 14 janvier. Primo, pouvoir bénéficier d’un système de protection sociale (50 %) ; secundo, déléguer ses charges administratives (50 %) ; tertio, ne pas être contraint de créer une entreprise et de s’enregistrer comme travailleur indépendant (40 %).

 

Parmi les 46% de répondants « prêts à quitter le salariat pour une nouvelle forme d’emploi », 40% se projettent facilement dans le portage salarial à l’horizon de trois ans. Différents facteurs tels que des situations de ruptures de parcours professionnels, le souhait des cadres d’être davantage autonomes ou encore l’allongement de la durée de vie professionnelle, favoriseraient cette option.