Prélèvement de l’impôt à la source : la CPME suggère d’impliquer les banques

Le secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances, .Benjamin Griveaux (photo) a reçu ce 11 octobre le  patron des petits patrons, François Asselin.  Il a été notamment question du prélèvement de l’impôt sur le revenu à la source. Une réforme à laquelle la CPME reste opposée. Selon l’un des rapports remis à Bercy le 10 octobre, le coût de la mise en place serait de 50 € par salarié dans les TPE, contre 8 € pour les grandes entreprises.

 

En outre, les charges récurrentes seraient également trois fois plus pénalisants pour les petites structures. Et ces évaluations ne prennent cependant pas en compte les coûts liés aux évolutions des logiciels et des tarifs des prestataires de paie, insiste la CPME. L’organisation patronale voit venir « les risques de sanctions sur les plus petites structures ». Elle propose « des solutions alternatives existent via les banques. Elles éviteraient de faire jouer aux entreprises un rôle de collecteur d’impôts qui n’est pas le leur ».