Qualité de vie au travail : le sport en entreprise fait saliver prestataires et équipementiers

Né au Brésil, Gympass, un concept qui allie coaching sportif en entreprise et management de la réservation en salles de sport débarque en France. Sa prestation s’adresse aux entreprises, dans le cadre des démarches liées à la qualité de vie au travail. En fonction des objectifs poursuivis par la DRH (prévention du stress, re-motivation des équipes, incitation à la pratique sportive, lutte contre le turnover, attractivité, etc.) les intervenants font un bilan initial individuel de la pratique sportive des salariés, avant de proposer un programme sur mesure.

 

Gympass s’occupe intégralement de sa mise en place, de l’installation de l’interface dédiée aux utilisateurs, à la prise en prise en charge de la communication à destination des salariés. Son staff suit l’activité physique générale des collaborateur. Lesquels peuvent se dispenser de l’abonnement trimestriel ou annuel aux salles de sport qui reste onéreux, même lorsqu’il est partiellement pris en charge par l’entreprise ou le comité d’entreprise. À la place, le salarié a la possibilité d’opter pour un accès à la demande aux activités de son choix, « sans engagement et sans frais de résiliation », précise Jean-Philippe Lorinquer, directeur de Gympass France.

 

Gympass espère profiter d’un créneau sur lequel lorgnent également les équipementiers, à commencer par le leader du secteur,  Decathlon et sa division Pro, qui vise les entreprises. « Que l’on parle de marque employeur ou de bien-être du collaborateur, le sport en entreprise prend de plus en plus d’importance pour les nouveaux entrants sur le marché de l’emploi. Il est impératif que chaque employeurs  se saisissent de ce sujet dans les prochains moins afin de rester connectée aux nouveaux besoins des collaborateurs », assure Eric Lengert, DG de Decathlon Pro (photo) . Sa société vient de publier un sondage réalisé à sa demande par le cabinet d’étude Market Audit, en partenariat avec l’Ufolep, l’IRFO et la société Squad. Il en ressort un  décalage entre le trop peu d’initiatives prises par les entreprises et le fort désir d’activité physique des salariés. Seuls 28% des salariés ont la possibilité de pratiquer du sport en entreprise. A peine 7% des employeurs les y incitent par des actions spotives. Preuve qu’il y a un créneau.