Baromètre Cegos : la fonction managériale ne fait plus rêver

La Radioscopie des managers que publie Cegos ce 4 octobre donne une image contrastée de la fonction d’encadrant. Les titulaires de la fonction en sont contents. La majorité des prétendants potentiels ne souhaitent pas le devenir.

Stress, pression en vue de résultats toujours plus haut, gestion de conflits, non, merci. Deux salariés sur trois ne rêvent pas de devenir managers. D’ailleurs, parmi ceux qui sont actuellement encadrants, la moitié ne l’a même pas souhaité ni demandé. La soif de pouvoir souvent associée à la fonction est très peu répandue : seuls 12 % des titulaires de la fonction étaient motivés en priorité par l’ascendant sur les hommes et l’organisation. 44 % voulaient avoir davantage de reconnaissance en termes de statut et de rémunération, 40 % étaient motivés par le fait d’être associé aux décisions stratégiques de leur organisation, 39 % désiraient accompagner humainement les projets de transformation.

 

Le management individuel et la montée en compétences de leurs collaborateurs considérés par les managers interrogés comme les tâches donnant le plus de valeur à leur fonction, même si elles sont perçues comme les plus difficiles et chronophages. Le développement de l’intelligence collective, l’accompagnement des projets de transformation de l’organisation et le pilotage de la performance apparaissent aussi comme des missions importantes et valorisantes. À l’inverse, et sans surprise, ils considèrent le reporting comme une tâche de peu de valeur au regard du temps qu’ils y consacrent. « Ces résultats laissent à penser que le ‘pacte managérial’ au sein des organisations mériterait d’être clarifié », analyse Christophe Perilhou, directeur learning & solutionsc chez Cegos