L’absentéisme à la hausse dans la fonction publique territoriale

Sofaxis, courtier en assurance des collectivités territoriales et des établissements hospitaliers et expert en matière de performance des organisations et de santé au travail, vient de publier sa nouvelle note de conjoncture sur les absences pour raison de santé dans la fonction publique territoriale. Résultat : le taux d’absentéisme dans les collectivités territoriales s’élève en moyenne à 8,7% en 2014. Depuis 2009, il a connu une croissance de 18% toutes natures d’arrêts confondues (maladie ordinaire, longue maladie/longue durée, accident du travail et maternité). Corollaire de cette augmentation, le nombre de jours d’arrêts par agent employé a progressé de 12% depuis cinq ans, passant de 22 à 24 jours.

 

D’une manière générale, la maladie est la nature d’arrêt la plus fréquente, concerne le plus grand nombre d’agents mais n’est pas celle qui dure le plus longtemps. La maladie ordinaire représente le premier facteur d’absence pour raisons de santé et concentre au global 48% du taux d’absentéisme pour raison de santé. En 2014, la fréquence des arrêts atteint 65 arrêts pour 100 agents. La maladie ordinaire en est le premier contributeur et représente 83% de l’ensemble des absences, soit 54 arrêts pour 100 agents. En 2014, la fréquence des arrêts en Maladie Ordinaire a connu une augmentation significative, de plus de 11%, après s’être infléchie en 2012 et 2013. Sur les 42% d’agents absents au moins une fois en 2014, 31% d’entre eux l’ont été pour cause de maladie ordinaire (6% pour accident du travail, 3% pour longue maladie et 2% en maternité). La proportion des agents absents au moins une fois dans l’année en Maladie Ordinaire a connu une augmentation de plus de 4% en 2014.

 

Principale cause d’absence, l’arrêt de travail en maladie ordinaire n’est pas celui qui dure le plus longtemps. En effet, la durée moyenne d’absence s’élève à 37 jours, toutes natures d’arrêt confondues. La maladie ordinaire ne représente que 22 jours en moyenne contre 222 jours pour la nature de maladie la plus lourde (longue maladie). Toutefois, l’âge exerce une influence importante sur la durée des absences. Plus les agents avancent en âge, plus la durée des arrêts tend à s’allonger.Enfin, si les absences pour maladie ordinaire sont moins longues, elles font peser un risque pour la collectivité confrontée à des arrêts fréquents de courte durée qui sont par nature non prévisibles et répétitifs.

 

 

Le coût moyen des absences par agent employé s’établit en 2014 à 1921 euros toutes natures d’arrêt confondues. La maladie ordinaire représente 45% de ce coût moyen (soit 873 euros), suivi de la longue maladie (28%, soit 533 euros). Le coût moyen d’un arrêt en maladie ordinaire s’élève à 21 428 euros sur la base d’un salaire moyen et peut atteindre 137 517 euros pour un congé de longue durée. La prise en charge des frais médicaux entraîne un impact budgétaire direct sur la collectivité, mais également des coûts indirects (remplacement, réaffectation, surcharge de travail, stress..). Les études économiques sur le sujet soulignent que ces derniers représentent un engagement financier plusieurs fois supérieur à celui des coûts directs. Enfin, l’impact financier global des absences varie selon l’effectif employé par les collectivités. Le montant peut varier de 380 000 euros pour une commune de 220 agents à plus de 6 millions d’euros pour une région de 3 500 agents.

 

Confrontées à la réforme territoriale engagée par la loi NOTRe qui amorce une mutation profonde du cadre institutionnel local et à la réduction des enveloppes budgétaires, les collectivités doivent mieux maîtriser les absences pour optimiser la performance globale de leur organisation.

 

L’une des réponses à cet enjeu réside dans la mise en œuvre d’actions de prévention des absences, de suivi des arrêts et de démarche de reprise du travail au plus tôt.
Pour Pierre Souchon, Directeur du département Ingénierie Services de Sofaxis : « au-delà de leur mesure, la compréhension des phénomènes d’absence doit permettre aux collectivités de guider les initiatives en matière de risques professionnels au profit des agents, et de leur santé au travail. La maîtrise de la santé au travail et de l’employabilité à tous les âges de la carrière des agents territoriaux se sont durablement invités parmi les enjeux majeurs des politiques de gestion des ressources humaines du secteur public local ».