A la RATP, la CGT recule, mais reste sur la plus haute marche du podium

Il semble loin, le temps où la CGT, puissante,   pouvait à elle seule, faire et défaire les accords à la RATP avec 50% des voix. A l’issue des élections professionnelles qui viennent d’avoir lieu, elle reste encote la première organisation syndicale au sein de la régie, mais avec 30,4% des suffrages exprimés, soit un recul de 3,5%.

L’UNSA, qui comptait renforcer sa suprématie dans les secteurs du transports en s’appuyant sur sa force à la SNCF essuie un revers en reculant de 3,6% , à 22,1% des voix. Une contre-performance qui s’exprime par la désaffiliation d’une partie des adhérents, partis constituer un syndicat concurrent, le SAT qui a concouru de son côté.

Pour sa part, SUD fait une pas en avant, en affichant un score de 15,3%, soit une progression de 1,2% par rapport à 2010 . De même, la CFE-CGC progresse de 4,1% . Elle semble avoir attiré des cols blancs traditionnellement sympathisants de la CFDT et se hisse désormais à 9,3%.
Quatre syndicats ne seront pas représentatifs : FO qui stable reste stable (-0,4%), mais rate de peu le podium de la représentativité, étant créditée 9,6%, à un iota des fatidiques 10%.

La CFDT , en net recul, qui doit se contenter de 5,1% des suffrages exprimés

Enfin,SAT (formation dissidente de l’Unsa) et SAP sont très loin des seuils de représentativité avec respectivement 5,2% et 3%

Bref , seuls quatre syndicats sont représentatifs au niveau central de la RATP. Par ordre d’importance, la CGT, l’UNSA, SUD et la CFE-CGC.