A l’assaut des entreprises, les travailleurs indépendants font concurrence aux salariés permanents

Ils sont partout, et dans presque toutes les fonctions. La montée en puissance des travailleurs indépendants dans le fonctionnement des entreprises ne fait que commencer.

Une étude que publie le cabinet de conseil en organisation Korn Fery ce 22 octobre confirme que le recours aux travailleurs indépendants a augmenté ces trois dernières années, selon 60 % des recruteurs interrogés. De par leur statut, ils enrichissent leurs expertises et leur savoir-faire à chaque projet, dans des contextes et des cultures de travail différents. 48 % des professionnels du recrutement interrogés affirment que les travailleurs indépendants auxquels ils ont recours produisent de meilleurs résultats que les collaborateurs internes à l’entreprise. Leur expertise ciblée permet en effet de réaliser plus rapidement un projet, avec une meilleure performance. Le plus souvent, on fait appel à eux pour gérer des missions à court terme ou lorsque leur expertise n’est pas présente au sein de l’entreprise.

 

Bien que le recours à un travailleur indépendant soit plus coûteux par heure, 46 % des recruteurs déclarent qu’ils permettent de réaliser des économies de coûts de fonctionnement.Mieux, près de la moitié du panel affirme que ces free-lance ont de meilleurs résultats que les collaborateurs permanents de l’entreprise. Résultat, 42 % des professionnels du recrutement envisagent d’augmenter leur nombre dans les années à venir.

 

Néanmoins, il faut savoir intégrer et fidéliser ces travailleurs externes qui exercent leur mission en dehors des locaux de l’entreprise, loin des équipes et des managers. Une majorité des professionnels interrogés (67 %) se disent convaincus de savoir sur quoi ces talents travaillent au quotidien. 42 % affirment même que ces ressources externes peuvent être plus faciles à manager que les collaborateurs internes.Korn Fery relativise et souligne « certaines questions essentielles qui doivent encore trouver des réponses plus systématiques et durables pour bien intégrer et manager ces talents devenus essentiels ». Au nombre des questions que pose le cabinet : comment les rémunérer et les considérer de manière à les fidéliser ? Doivent-ils bénéficier des avantages mis en place par l’entreprise pour les collaborateurs permanents ? Peuvent-ils avoir accès à l’ensemble des systèmes IT (cloud, etc.) de l’entreprise ? »

 

 Korn Ferry s’appuie sur un sondage réalisé auprès de 491 professionnels des ressources humaines et de l’acquisition de talents en juillet et août 2018.