Absentéisme : collectivités territoriales, si vous saviez

La dernière édition du « Parorama des absences au travail pour raison de santé dans les collectivités territoriales » que vient tout juste de publier Sofaxis, courtier n°1 en assurance du personnel et en assurances flotte automobile, responsabilité civile et dommages aux biens, jette un éclairage sur le coût réel de l’absentéisme pour ces employeurs.

  Le fléau a été mille fois déploré, sans jamais avoir été combattu avec des moyens à la hauteur de l’enjeu. Après l’instauration d’un jour de carence en 2012 par le gouvernement de François Fillon, la gauche s’est empressée de le supprimer. dans un récent rapport, un dépté de la majorité, Alain Tourret (Calvados)  en demande le rétablissement, d’urgence. La nouvelle étude de Sofaxis éclaire le débat, chiffres à l’appui.

 Le coût moyen par agent employé s’établit à 1 772 € en 2013. Corrélé à la gravité, le coût moyen des absences (toutes natures d’arrêts confondues) par agent employé augmente de 18 % depuis 2007pour atteindre plus de 1 700 € en 2013. L’évolution du coût dépend à la fois de la hausse de la valeur du point d’indice (gelé depuis juillet 2010) et surtout de l’augmentation de la durée des arrêts (gravité).La tendance à la hausse de la gravité des absences s’explique en partie par le vieillissement de la population dont les durées des arrêts sont plus longues. La revalorisation des salaires, du fait de l’ancienneté des agents (avancement par grade et échelon), participeégalement à l’augmentation de ce coût moyen.

 

Le coût peut également se mesurer selon la nature de l’arrêt. Dans ce cas, l’étude de coût se base sur un échantillon de sinistres clos sur une période et nécessite un certain recul afin que les données soient suffisamment fiables. Ainsi, en 2012, le coût moyen des absences en maladie ordinaire atteint près de 1 000 € (922 €) par arrêt. Il s’établit à plus de 40 000 € (40 543 €) en longue maladie et près de 65 000 € (64 806 €) en longue durée. Pour sa part, un accident coûte plus de 3 000 € (3 052 €) en moyenne et le coût d’une maladie professionnelle dépasse le plus souvent les 20 000 € (21 672 €).

 Si la prise en charge des indemnités journalières et des frais médicaux entraîne un impact budgétaire immédiatement perceptible par la collectivité, l’appréciation complète des

enjeux financiers des absences repose sur la maîtrise de leurs impacts indirects.

Les études économiques sur le sujet enseignent que les coûts indirects représentent un engagement plusieurs fois supérieur à celui des coûts directs.

 

 Un programme de recherche conduit par Sofaxis, en partenariat avec le Centre de gestion scientifique de l’Ecole des Mines de Paris met en lumière la grande variété des charges indirectes coût du remplaçant et de sa formation, coût de gestion administrative et frais liés à l’absence. Sans parler des de la désorganisation engendrée dans les services (démotivation des agents, surcharge d’activité) et le déficit en termes d’image, lié à l’impossibilité d’assurer un service de qualité pour l’usager (interruption du service de restauration scolaire, par exemple).

 

Les coûts indirects peuvent être identifiés, caractérisés et mesurés ainsi : coûts “amont” (choix organisationnels destinés à prévenir les effets des absences) ; coûts “aval” (effets indirects des absences : remplacement, gestion administrative, désorganisation…) ; coûts supportés par organisation (surcharge de travail, stress…) ; coûts supportés par les usagers (perte de qualité du service, insatisfaction croissante…). Au sein d’une collectivité, la distribution des coûts indirects peut varier en fonction de son type d’organisation.

 

Selon Sofaxis, le déploiement de processus qualité, la mise en œuvre d’actions de gestion prévisionnelle des métiers et des compétences (formation, gestion de la polyvalence…) et le suivi régulier des dispositifs d’évaluation des risques professionnels (Document Unique), même s’ils représentent un investissement en amont, contribuent à maîtriser de manière efficace et mesurable les coûts indirects des absences pour raison de santé