Accès à la formation : les seniors restent les parents pauvres

L’étude que publie la Dares est catégorique : les seniors se forment moins que leurs cadets  :  un quinqua sur deux a participé à une formation non diplômante, pour raisons professionnelles ou personnelles, contre 62 % des moins de 50 ans. Ils sont aussi moins nombreux à tenter de décrocher un titre reconnu. Ainsi, en 2012, 1 % d’entre eux ont accédé à un cursus diplômant au cours des 12 derniers mois. C’est quatre fois moins que leurs homologues âgés de 30 à 44 ans.

 

Dominique Demailly qui signe le document souligne toutefois que l’âge n’est pas le seul déterminant. D’autres facteurs, tels que la culture de l’entreprise, son mode de fonctionnement, et le secteur d’activité entrent également en ligne de compte. De même que la situation personnelle des intéressés. Certains d’entre eux estiment ne pas avoir besoin de formation. D’autres (surtout des cadres) ont une charge de travail trop importante pour pouvoir s’octroyer une parenthèse. Par ailleurs, le décrochage des salariés âgés en matière de formation n’est pas nouveau. Le gap aurait même tendance à se resserrer depuis les années 2000.  

 

Plus ils avancent en âge, moins les salariés expriment des souhaits de formation non aboutis : 33 % chez les 50-54 ans et 24 % chez les 55 ans et plus ( 40 % pour l’ensemble des salariés).  Interrogés sur la raison principale qui les a contraints à renoncer à une formation, les seniors mettent un peu plus en avant le refus ou l’absence d’aide de leur employeur (36 % contre 31 % pour les salariés âgés de 30 à 44 ans).