Accidents du travail : un verre ça va, sans les dégâts

Les clients des cafés hôtels et restaurants ne se doutent pas du travail qui suit le simple verre qu’ils prennent en salle, en terrasse ou au comptoir. Le lavage et l’essuyage des verres est un acte répétitif, qui occasionne de nombreux accidents du travail : bris et blessures et surtout troubles musculo-squelettiques. C’est même, confirme l’organisation patronale Umih, une « source de lourds handicaps ».

 

L’une des solutions consiste à s’équiper d’un lave-verres avec osmoseur, un investissement que bon nombre d’employeurs ne peuvent – ou ne veulent — pas faire. L’Assurance maladie veut y encourager les hésitants, en leur accordant une aide financière équivalant à 50 % de la facture. La subvention, instituée depuis juillet dernier, est attribuée par les délégations régionales de la Caisse nationale d’assurance maladie (Carsat, Cramif, CGSS). Étonnamment, elle ne fait pas recette : l’enveloppe budgétaire n’est pas encore totalement dépensée.