Adepte du télétravail ou accro au présentiel, quel travailleur êtes-vous ?

La société JLL, spécialiste du conseil en immobilier, publie une enquête menée auprès de 2 033 personnes travaillant dans des bureaux. Il en ressort quatre portraits-robots : le travailleur traditionnel, le fan du bureau, l’accro au bien-être et le télétravailleur libéré.  Identifiez votre profil.

 

1-Le travailleur traditionnel. Pour lui, rien de mieux qu’un retour à la normale

Ils représentent 35 % du panel. Conservateurs dans leurs modes de travail, par habitude ou du fait des contraintes de leur métier. Malgré leur expérience récente du télétravail, ils ne souhaitent plus le pratiquer et aspirent à travailler exclusivement au bureau. Pour eux, tout peut revenir à la normale, à l’exception du rôle fédérateur du bureau qui doit se renforcer. « Comme 61 % des Français, ils ont pour priorité de se reconnecter à leurs collègues et de vivre avec eux des moments mémorables. 46 % des salariés en France réclament davantage d’espaces de socialisation » précise Rémi Calvayrac, Head of Workplace & Design chez JLL.

 

 

2-Le fan du bureau rêve d’une expérience d’exception

Si les fans du bureau (37 % des répondants) souhaitent venir sur le lieu de travail trois à quatre jours par semaine, c’est pour y vivre une expérience exceptionnelle. Ils démontrent de hautes exigences envers leur entreprise, dépassant de loin les simples sujets de travail, de collaboration et d’innovation. Et cette tendance trouve un écho à l’échelle nationale : 40 % des salariés de l’Hexagone voudraient être accompagnés par leur employeur dans un mode de vie plus sain et 36 % aimeraient être surpris et émerveillés au travail.

 

3-L’accro au bien-être, en quête d’un parfait équilibre de vie

C’est le portrait d’un salarié sur cinq (22 %). En demandant à officier à distance trois à quatre jours par semaine, l’accro au bien-être fait valoir son impérieux besoin de travailler plus local, tout en préservant un rythme acceptable. « C’est une tendance forte à l’échelle du pays : 74 % des Français veulent davantage préserver leur équilibre professionnel et personnel post-crise et 70 % trouvent séduisante l’idée d’une semaine de 4 jours.Près de 71 % des salariés en France rêvent d’avoir accès à des prestations liées au bien-être sur le lieu de travail (spa, massage, salle de yoga, etc.) .

 

4-Le télétravailleur libéré, toujours plus flexible

Ce profil compte seulement pour 6 % de l’effectif. Déjà hypernomades avant la crise, les télétravailleurs libérés profitent du boom du télétravail pour exprimer leur appétit pour le 100 % à distance. L’occasion pour eux de se mettre au vert ! Ils incarnent ainsi les 54 % de Français qui sont séduits à l’idée de déménager loin de leur lieu de travail. Leur envie de ne plus se rendre au bureau est évidemment motivée par la recherche d’un meilleur équilibre de vie, mais aussi par leur peur panique du virus.Quelque 54 % de Français ont envie de travailler dans une entreprise qui veille à leur santé. Ils sont 40 % à vouloir conserver les protocoles de désinfection même après la pandémie.