Santé: le Sénat en commission baisse les crédits de l’Aide médicale d’État

PARIS, 21 novembre 2017 (AFP) – Le Sénat a diminué mardi en commission les crédits de l’Aide médicale d’État(AME) qui assure la couverture des soins des personnes étrangères en situation irrégulière, appelant à sa réforme.

Présentant les crédits de la mission Santé inscrits dans le projet de loi de finances (PLF) 2018, Alain Joyandet (LR) a souligné que les dépenses de l’AME ont augmenté de 40% entre 2009 et 2016, et le nombre de bénéficiaires de 44% sur la même période.

Or, « la dépense d’AME se caractérise par une sous-budgétisation répétée, conduisant à l’ouverture de crédits supplémentaires en loi de finances rectificative et à la constitution d’une dette vis-à-vis de l’assurance maladie », a poursuivi M. Joyandet.

Il a regretté « que la politique du rabot soit appliquée aux opérateurs sanitaires de l’État et qu’il n’y ait pas de limite budgétaire pour l’AME ».

Il lui a semblé « incontournable » une réforme de l’AME et a préconisé un recentrage des soins pris en charge sur les soins urgents, les maladies graves, les soins liés à la grossesse et des mesures de médecine préventive.

La commission des finances a décidé de diminuer de 300 millions d’euros les crédits de l’aide médicale d’État pour 2018, montant des économies espéré du recentrage des soins, dans l’attente d’une refonte du dispositif.

Les crédits demandés pour l’aide médicale d’État par le projet de loi de finances pour 2018 s’élèvent à 923,7 millions d’euros, soit une hausse de près de 110 millions par rapport à la loi de finances initiale pour 2017.

Le Sénat va examiner en première lecture le PLF 2018 à partir de jeudi jusqu’au 12 décembre.

jlp/pab/mm