A Avignon, un festival pour réconcilier précarité et pratiques culturelles

MARSEILLE, 20 septembre 2018 (AFP) – En présentant des oeuvres élaborées avec des personnes en grande précarité, le festival « C’est pas du luxe! », dont la 4e édition aura lieu de vendredi à dimanche à Avignon, milite pour que l’accès aux pratiques culturelles ne soit pas un luxe réservé aux plus favorisés.

Initié par la Fondation Abbé Pierre, La Garance-Scène nationale de Cavaillon et l’association Le Village, le festival entend « montrer au plus grand nombre qu’artistes et personnes en grande précarité peuvent construire ensemble des oeuvres de qualité, conciliant exigence artistique et exigence humaine », résument ses organisateurs dans un communiqué.

Tout au long de l’année, expliquent-ils, des ateliers ont été organisés, entre institutions culturelles et structures sociales, comme des centres d’accueil de jour, des centres d’hébergement ou des communautés Emmaüs.

Le festival, organisé tous les deux ans et parrainé par les comédiens Marie-Christine Barrault et Philippe Torreton, présentera à Avignon une cinquantaine d’oeuvres artistiques originales, dont des créations conçues par des artistes amateurs et professionnels: pièces de théâtre, expositions photo, installations vidéo ou sonores, spectacles de danse…

Une performance baptisée « L’invitation au voyage », associant l’Orchestre régional Avignon-Provence et un collectif d’artistes, sera également proposée aux festivaliers vendredi soir, ainsi qu’un concert du chanteur Gauvain Sers samedi.

« Il est très vite apparu qu’au travers de la pratique artistique, les personnes en situation d’exclusion retrouvaient une plus grande confiance en elles, l’envie de se reconstruire et de se projeter dans l’avenir », souligne la Fondation Abbé Pierre dans un dossier de présentation de cette initiative, soulignant qu' »il devenait urgent de réaffirmer la nécessité d’un accès aux droits culturels pour tous ».

mdm/ol/mm