Accord sur les 35H à l’AP-HP: la CFDT se félicite d’avoir sauvé « plus de 2.000 emplois »

PARIS, 28 octobre 2015 (AFP) – La CFDT a défendu mercredi l’accord signé la veille avec la direction de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) sur la réorganisation des 35 heures, se félicitant d’avoir sauvé 2.000 emplois sur les 4.000 initialement menacés.

« Nous sommes fiers (d’avoir négocié, ndlr), nous n’hésitons pas à nous afficher », a déclaré Abdel Abdoun, représentant de la CFDT AP-HP, avant d’énumérer les motifs de satisfaction de son syndicat, vivement critiqué par les autres organisations pour avoir accepté de signer avec le directeur général Martin Hirsch.

Le « maintien de l’emploi » a ainsi été mis en avant, la direction s’étant engagée à poursuivre son plan de « résorption de l’emploi précaire », après un premier accord sur la titularisation de 1.000 contractuels signé en avril avec la CFDT.

Surtout, le syndicat serait parvenu à sauver « au moins 2.000 emplois », selon Didier Choplet. Mais ce n’est que la moitié des 4.000 postes qui, selon Martin Hirsch, étaient menacés d’ici quatre ans en l’absence de réforme du temps de travail.

« Le protocole n’est pas à la hauteur de ce qu’aurait voulu Martin Hirsch », s’est justifiée Isabelle Chaumont-Huyet rappelant qu’il fallait défendre les volontés des personnels.

Contacté par l’AFP, l’AP-HP a jugé qu’il était « trop tôt » pour chiffrer les résultats de l’accord, affirmant néanmoins qu’il avait « un fort potentiel ». « Une partie de ses effets dépendra du comportement des agents », a indiqué la direction, qui souhaitait initialement réaliser plus de 20 millions d’euros d’économies.

Cet accord, applicable de manière progressive à partir du 1er janvier 2016, entérine une réduction du nombre de RTT et la disparition des jours de congés extra-légaux, et introduit de nouveaux modes d’organisations pour les 75.000 personnels (hors médecins) de l’institution.

La CFDT a fait valoir qu’elle avait maintenu les rythmes de travail journaliers de 7h36 qui concernent 36.000 agents et donne droit à 18 RTT, quand la direction souhaitait les faire passer à 7h30, pour 15 RTT. Ce nouveau rythme sera introduit sur la base du volontariat pour les agents déjà en service, qui bénéficieront alors de 18 heures supplémentaires rémunérées par an.

Elle se félicite aussi d’avoir obtenu le maintien du temps de repas (30 minutes) dans le temps de travail.

ac/db/bir