Aéronautique : les sous-traitants embarqués dans la continuité d’activité

Les constructeurs aéronautiques ayant décidé de poursuivre leur activité, leurs sous-traitants se trouvent dans l’obligation de poursuivre la leur. Même s’ils doivent prendre des changer leur fusil d’épaule comme viennent de le faire Les Ateliers de Haute-Garonne, dont la santé dépend étroitement des commandes d’Airbus.

 

Il y a seulement deux semaines, le comité social et économique de cette PME implantée à la périphérie de Toulouse avait obtenu de la direction, et sous la menace d’un droit de retrait, 15 jours de fermeture. Le temps d’évaluer la courbe de l’épidémie. « La pression » du donneur d’ordre amène la direction à changer d’avis. Les salariés viennent d’apprendre qu’ils vont revenir au travail. L’employeur promet de prendre toutes les précautions qu’appellent les circonstances : équipement personnel, matériel de désinfection, distance de sécurité, etc.  Les syndicats réclament davantage de garanties. La CGT notamment , veut mettre en place « un comité de contrôle » des dispositions, associant le CSE. Et si reprise il y a, elle devra se faire avec le maintien de tous les emplois, intérimaires compris.  Les parties se dirigent vers un compromis, la réouverture ne fait pas de doute.