Agenda social: « La priorité c’est la relance » (Borne)

PARIS, 10 juillet 2020 (AFP) – Le gouvernement « ne peut pas ignorer » le déficit du système de retraites, mais « la priorité c’est la relance » de l’activité, a affirmé vendredi la ministre du Travail, Elisabeth Borne, alors que le gouvernement veut fixer un agenda social avec les syndicats et le patronat.

Reçus depuis jeudi à Matignon, les partenaires sociaux ont tous fait savoir au Premier ministre Jean Castex que le dossier des retraites, qu’il a annoncé vouloir régler « à court terme », ne leur paraissait pas primordial.

« Il y a unanimité sur le fait que la priorité des prochains moins c’est de faire repartir notre pays, de faire repartir notre activité et de sauver le maximum d’emplois et d’en créer des nouveaux, notamment au travers du plan de relance », a déclaré Mme Borne sur Europe 1.

Mais « on ne peut pas pour autant ignorer qu’il y a aussi un dossier qui existe, la situation financière des régimes de retraite s’est fortement dégradée du fait de la crise », a-t-elle ajouté.

D’après une estimation provisoire du Conseil d’orientation des retraites (COR), le déficit global du système de retraite devrait approcher cette année le niveau record de 30 milliards d’euros, très loin des 4 milliards attendus avant la crise.

La moitié de ce trou, soit 15 milliards, concernerait la branche retraite de la Sécurité sociale, tandis que le régime complémentaire des salariés du privé (Agirc-Arrco) devrait également enregistrer une lourde perte.

« Il y a la nécessité de trouver une méthode avec les partenaires sociaux pour voir comment on peut aborder aussi ce sujet, déjà partager un constat, et puis définir une méthode et un calendrier », a poursuivi Mme Borne.

« On ne va pas détourner la tête de ce sujet, mais la priorité c’est la relance, faire repartir notre activité, sauver le maximum d’emplois », a-t-elle insisté.

gbh/cel/pb