Agressions, violences, dégradations: la Cnaf veut lutter contre les incivilités

PARIS, 13 décembre 2016 (AFP) – Plus de 4.500 signalements d’incivilités, en grande majorité sans gravité, ont été dénoncés depuis janvier par les agents des Caisses d’allocations familiales, a-t-on appris mardi auprès de la Cnaf, qui lance une campagne pour encourager « la politesse » dans ses lieux d’accueil.

Face à « un sentiment d’insécurité accru de la part des agents », la Caisse nationale d’allocations familiales (Cnaf) s’est dotée début janvier d’un outil baptisé « Recit » qui permet aux agents des 103 caisses réparties sur le territoire national de déclarer les actes d’incivilités auxquels ils sont confrontés et ainsi de les comptabiliser.

Agressions verbales, violences physiques, violences psychologiques, dégradations de biens ou de matériel dans les agences… Entre début janvier et fin novembre, 4.567 signalements ont été enregistrés, avec une augmentation de 20% entre septembre et novembre, indique la Cnaf dans un communiqué.

Près de huit sur dix ont été qualifiés d’incident « peu grave et sans conséquence », 17% « d’incident grave » pouvant avoir des conséquences sur la santé et 3% d’incident « très grave avec dommages psychologiques et corporels ».

Dans un cas sur deux, l’agent subit de la violence verbale, viennent ensuite les incivilités, les pressions psychologiques, et dans une moindre mesure, respectivement 4% et 2,5%, les cas de violences physiques et de dégradations de biens.

Moins de 2% des signalements ont donné lieu à un dépôt de plainte, précise la Caisse.

Disant « comprendre les difficultés auxquelles sont confrontés les allocataires », le directeur général de la Cnaf, Daniel Lenoir, a souligné que « tous les agents » méritaient néanmoins « un comportement correct ».

Pour lutter contre « toutes formes de violence », une première campagne nationale a été lancée mardi.

Articulée autour de deux slogans: « Qui reste poli est toujours bien accueilli » et « Qui lance des menaces verbales risque des sanctions pénales », cette campagne sera déclinée sur des affiches disposées dans les Caf, des marquages au sol et des badges et tee-shirts portés par les agents.

jlo/shu/jcc