Air France: accord sur la méthode avec les hôtesses et stewards

PARIS, 18 octobre 2016 (AFP) – L’ensemble des syndicats d’hôtesses et stewards d’Air France étaient mardi d’accord pour prolonger jusqu’en février l’actuelle organisation du travail et des carrières, et poursuivre les négociations sur le contenu du futur accord d’entreprise.

Pour tenir compte du plan stratégique d’AF-KLM devant être présenté début novembre, la direction avait proposé de prolonger l’actuel accord arrivant à échéance à la fin du mois mais dans des conditions qui divisaient les syndicats.

Après l’Unac, l’intersyndicale SNPNC-Unsa (46% à eux deux) a finalement annoncé sur son site internet qu’elle signait « l’accord de cadrage » qui entrera en vigueur le 1er novembre et s’achèvera le 28 février 2017, conformément au vote « très majoritaire » (86%) de ses adhérents.

L’intersyndicale explique qu’elle va maintenant « reprendre les réunions de négociation avec l’entreprise dans le but de parvenir à un accord favorable aux PNC (personnels navigants commerciaux, NDLR) et le plus long possible ».

Mais cet accord de cadrage « ne présume en rien de l’issue des négociations » avec Air France « qui a déjà annoncé qu’elle rechercherait une amélioration de compétitivité à tous les niveaux », ajoute-t-elle.

SNPNC/FO et Unsa affirment viser un nouvel accord « protecteur qui préserve l’emploi, la rémunération et les conditions de travail » des quelque 13.600 PNC d’Air France.

Ces deux syndicats avaient été à l’origine d’une grève de sept jours fin juillet, en plein chassé-croisé estival, qui a conduit à l’annulation de 1.400 vols et coûté environ 90 millions d’euros, selon le groupe aérien. Ils avaient refusé alors de prolonger l’accord actuel, quasiment à l’identique, pendant 17 mois, réclamant une durée minimum de 5 ans.

Air France propose depuis de scinder les discussions en deux : un accord à durée indéterminée pour les carrières et certaines règles de rémunération, et un accord à durée déterminée pour les « autres règles ».

jta-shu/jg/bma