Air France: des mécaniciens en grève pour une « reconnaissance de leur métier »

PARIS, 4 juillet 2018 (AFP) – Les syndicats CGT et SUD d’Air France ont appelé mercredi les mécaniciens avion de la compagnie à faire grève de jeudi soir à samedi soir pour obtenir « une revalorisation de leur filière métier », mais ne devraient avoir aucun impact sur le trafic, selon la direction.

« L’intégralité du programme de vol devrait être assurée », a indiqué à l’AFP un porte-parole de la direction, ajoutant toutefois qu’il était « trop tôt pour déterminer » avec exactitude les « éventuelles perturbations ».

Le préavis de grève, qui concerne « certains » mécaniciens, a été déposé pour une période allant de jeudi à 22h à samedi à 22h, a précisé ce porte-parole.

« La compagnie déplore ce mouvement de grève qui intervient dans une période de forte activité », a-t-il ajouté.

Les mécaniciens chargés de l’entretien des avions réclament « une reconnaissance du métier, de l’expérience, des compétences », a indiqué à l’AFP Pascal Belrose de la CGT. Ce conflit ne se résume pas à une revendication sur les rémunérations, a-t-il insisté.

Cet appel à la grève aura « un faible impact opérationnel » car « la direction s’organise » en faisant appel à des entreprises sous-traitantes ou à des cadres d’Air France munis des certifications nécessaires, a expliqué M. Belrose.

Le conflit, qui a débuté en décembre avec « des mouvements de grève réguliers » depuis, avait été « suspendu » pour laisser une chance à des négociations avec la direction, mais il avait repris avec une grève le 21 juin, a ajouté le syndicaliste. Aucune réunion n’est prévue pour l’instant avec la direction, a-t-il dit.

Ce mouvement de protestation avait éclaté quand la direction a dû « pour la première fois recruter des mécaniciens à l’extérieur de l’entreprise », après avoir elle-même « tari sa filière de recrutement habituelle (les CFA de l’aérien) » en cessant d’embaucher, indiquent la CGT Air France et SUD-Aérien dans leur communiqué.

Pour trouver des candidats, la direction a « dû réévaluer le niveau de la grille » de carrière, donnant ainsi « un avantage certain aux salariés extérieurs » par rapport aux équipes en place, a souligné M. Belrose. Sur la fiche de paie, la différence peut atteindre 400 euros, selon lui.

« Cette injustice n’a pas été reconnue par la direction d’Air France qui n’a jamais reçu nos organisations syndicales pour négocier un protocole de sortie de conflit », accusent les deux syndicats.

er-ab/db/nth