Air France: le conflit salarial suspendu aux « mesures » annoncées jeudi

PARIS, 13 juin 2018 (AFP) – La direction d’Air France va présenter jeudi aux représentants du personnel « des mesures et actions concrètes » pour tenter de solder le conflit salarial qui torpille la compagnie depuis février, sur fond de nouvel appel à la grève fin juin.

« Des mesures et actions concrètes seront présentées par Anne-Marie Couderc (présidente d’Air France et d’Air France-KLM, NDLR) et Franck Terner, directeur général d’Air France » lors d’un comité central d’entreprise (CCE) jeudi matin à Roissy, a indiqué la direction de la compagnie vendredi, en réponse à la menace de grève du 23 au 26 juin inclus.

L’intersyndicale, qui a déjà mené 15 journées de grève entre le 22 février et le 8 mai, pour réclamer 6%, puis 5,1%, d’augmentation générale en 2018, a prévenu que le nouveau préavis serait « levé ou renforcé » en fonction des annonces.

« Ce nouvel appel à la grève est le seul moyen légal pour les salariés de se faire entendre », écrit-elle dans une lettre du 12 juin adressée à Mme Couderc. Elle réitère sa demande d’une nouvelle négociation salariale car, selon elle, « une annonce en CCE non négociée ne sera pas la solution à la situation actuelle ».

Interrogée mercredi par l’AFP, une source syndicale pense cependant que la direction annoncera « une mesure unilatérale sur 2018 » sur les salaires, ainsi qu’une autre enveloppe financière pour mettre en place « des actions rapides d’amélioration des conditions de travail ».

Anne-Marie Couderc, à la tête d’une direction provisoire depuis la démission de Jean-Marc Janaillac, ex-PDG d’Air France-KLM emporté par le conflit salarial, a rencontré les syndicats représentatifs d’Air France ces dernières semaines.

Lors de ces échanges, une proposition salariale de 3,65% étalée sur 2018 et 2019, dévoilée par le journal Libération et confirmée à l’AFP par des sources syndicales, a été faite. Mais les membres de l’intersyndicale l’ont refusée.

« Nous espérons et affichons que la proposition qu’on nous soumettra cette semaine ne doit pas être équivalente à celle qui nous a été dévoilée la semaine dernière à l’occasion de discussions avec les dirigeants », a écrit mardi le syndicat de pilotes majoritaire à Air France, le SNPL, dans un tract.

L’intersyndicale composée de dix organisations de tous métiers, doit se réunir jeudi à la suite du CCE pour coordonner sa réponse.

jta/ce/cj