Air France: le projet d’accord ouvert à la signature jusqu’au 2 mai

PARIS, 11 avril 2016 (AFP) – La direction d’Air France a transmis aux syndicats de pilotes un projet d’accord, ouvert à la signature jusqu’au 2 mai, proposant une augmentation de la productivité, des mesures de flexibilité et l’embauche de 600 pilotes d’ici 2020.

« Hier (dimanche) on a transmis au SNPL notre projet d’accord » qui sera ouvert à la signature « jusqu’au 2 mai », a indiqué le PDG d’Air France Frédéric Gagey lors d’une conférence de presse téléphonique.

Selon M. Gagey, le projet d’accord « propose des voies qui conduisent à une façon plus efficace de coller à la saisonnalité de notre activité, (…), des règles qui touchent à certains calculs de la rémunération (…) » et « l’augmentation des cadences -le nombre d’heures de vols que les pilotes effectuent ».

La « marge de productivité » des pilotes libérée à travers les différentes mesures proposées dans l’accord « varie de 5 à 10% » selon le type d’avion, selon le PDG.

« On est loin de ce qu’était la proposition initiale » d’un effort de productivité de 17%, réclamé aux pilotes dans le cadre d’un premier projet de compétitivité « Perform 2020 » qui avait été rejeté par les syndicats à l’automne, a-t-il ajouté.

L’accord apporte par ailleurs « des garanties » sur « l’évolution de l’emploi pilotes » avec « plus de 3.900 pilotes à fin 2020 et plus de 600 embauches dans la période » et « au moins 50 embauches de pilotes d’ici la fin de l’année 2016 », selon M. Gagey.

« Il y a des mesures de simplification qui n’ont aucun impact sur le temps de travail et la rémunération mais qui permettent à l’entreprise d’améliorer sa recette, la configuration des cabines par exemple, des mesures pour une meilleure prise en compte de la saisonnalité, mieux répartir le temps de travail et des mesures évidemment importantes et fondamentales qui permettent de monter en cadence, c’est-à-dire de voler plus », a détaillé le directeur des ressources humaines de la compagnie, Gilles Gateau.

« Grâce à la croissance, la rémunération des pilotes ne baissera pas », a-t-il ajouté.

Air France et ses deux syndicats de pilotes représentatifs avaient ouvert le 10 mars un nouveau cycle de négociations sur la productivité et l’emploi, dans une ambiance apaisée, plus de cinq mois après l’échec des précédentes discussions.

sw-jta/cb/sg