Air France: les syndicats estiment leur « légitimité » renforcée

PARIS, 4 mai 2018 (AFP) – Les syndicats d’Air France à l’origine du mouvement de grève depuis deux mois et demi estiment que leur « légitimité » est renforcée après le rejet par les salariés du projet d’accord salarial, qui a abouti vendredi à la démisison du président Janaillac.

– Philippe Evain, président du SNPL Air France, syndicat de pilotes majoritaire (à l’AFP) : « Ce qui nous réjouit, c’est d’avoir la confirmation que les syndicats représentent toujours les salariés. On a essayé de mettre en doute cette constante, elle s’avère fausse ». Sur la démission de Jean-Marc Janaillac: « Nous, on n’a jamais demandé son départ, on pense qu’il devrait reconsidérer la question, apaiser l’entreprise, faire un geste pour les salariés susceptible de les remettre tous au travail ». « L’erreur de Jean-Marc Janaillac a été de faire confiance à Gilles Gateau, son DRH ».

– Christophe Campestre, porte-parole du Spaf, deuxième syndicat de pilotes à Air France (à l’AFP) : « C’est une grosse satisfaction même si nous ne validions pas le procédé. Cela nous redonne de la légitimité, à l’inverse du but recherché par la direction ».

– Marc Saladin, secrétaire général de l’Unsa-Aérien Air France (à l’AFP) : « Le résultat est quand même énorme, sans appel. Cela veut dire que les syndicats qui se sont positionnés contre l’accord salarial en revendiquant un retour à bonne fortune ne se trompent pas. (…) L’entreprise n’a pas fait confiance aux syndicats ». Au-delà de la question salariale, « on dénonce aussi depuis des années le mal-être » des salariés « au quotidien ». Il y a « toujours plus d’efforts » demandés même « quand la situation s’améliore », « ça suffit ». Le départ de M. Janaillac « ne va pas résorber le climat social. Il va rester très dégradé, c’est une situation déplorable ».

– Jérôme Beaurain, représentant de SUD-Aérien (à l’AFP) : « Tout le monde s’est senti concerné (par le vote, NDLR). Les salariés n’ont pas été dupes. Le +système Gateau+ s’écroule complètement ». Quant à Jean-Marc Janaillac, « nous, on ne demande pas sa démission ».

– Le syndicat CGT Air France (sur Twitter) : « Malgré les énormes moyens déployés par la direction d’#AIRFRANCE #airfrancestrike pour obtenir un oui à sa consultation, les salariés ont démontré qu’ils étaient bel et bien représentés par les syndicats engagés dans l’intersyndicale! ».

– Le SNPNC, syndicat d’hôtesses et stewards affilié à FO (sur Twitter) : « Le NON l’emporte à 55,44% ! 80,33% des salariés se sont exprimés. La direction d’#airfrance doit prendre acte du choix des salariés et accéder à nos demandes ». La « légitimité » de l’intersyndicale est « confortée », a réagi le syndicat FO Air France sur Twitter.

– La CFDT, syndicat qui n’appelle pas à la grève (communiqué) : le départ du PDG « augure d’une période trouble pour notre Compagnie et d’une grave crise de gouvernance dont Air France n’a pas les moyens, eu égard à l’environnement économique et concurrentiel dans lequel évolue Air France. La CFDT entend l’avis exprimé par une majorité de salariés et ne signera donc pas l’accord salarial pluriannuel proposé ».

sp-jta/db/cam