Alimentation: 90.000 recrutements en 2016 malgré un déficit d’attractivité

PARIS, 3 mai 2017 (AFP) – Le secteur alimentaire a recruté plus de 90.000 personnes en 2016 en France, un chiffre en forte hausse malgré une image pas toujours attractive des métiers proposés, selon une étude publiée par le site de recrutement spécialisé Alimétiers.

Cette étude concerne les entreprises du secteur alimentaire au sens large, à savoir la coopération agricole, les industries alimentaires et l’alimentation de détail.

En 2016, ces entreprises ont recruté 90.338 personnes (contre 61.995 en 2015), dont 66% de moins de 30 ans, selon cette étude, qui ne précise pas le solde net de créations d’emplois.

Quelque 44% des entreprises ont recruté, selon cette étude.

Parmi elles, un tiers environ ont toutefois rencontré des difficultés lors de leur recrutement, faute de candidatures satisfaisantes ou suffisantes en nombre, ou en raison du départ de salariés.

Une difficulté qui peut s’expliquer par le manque d’appétence des jeunes générations pour les métiers proposés dans ce secteur.

Selon un baromètre publié en mars dernier par Alimétiers, moins d’un tiers (30%) des jeunes de 14 à 25 ans souhaitent travailler dans ce secteur qui bénéficie globalement d’une bonne image, mais dont les métiers sont perçus « comme stressants, mal payés, et peu valorisés au sein de la société ».

Seuls certains types de métiers (R&D, marketing/vente) attirent une majorité des jeunes interrogés.

Mais la majorité de ces jeunes se disent également « plutôt mal informés sur les métiers du secteur » (59%) et sur les formations qui y mènent (65%).

Plus de 90% des recrutements effectués en 2016 se sont faits au sein d’entreprises de moins de 10 salariés, selon une porte-parole d’Alimétiers, site de recrutement pour les métiers du secteur.

Ce chiffre tient au fait que les TPE-PME représentent une large part des entreprises du secteur.

La tendance positive sur le front de l’emploi pourrait se poursuivre en 2017, 20% des établissements envisageant de recruter en CDI et/ou CDD et 14% en alternance.

ngu/etr/eb