Allemagne: première augmentation du taux de chômage en près de six ans

FRANCFORT, 29 mai 2019 (AFP) – Le taux de chômage en Allemagne a légèrement progressé en mai pour la première fois depuis fin 2013, à 5,0%, soit +0,1 point par rapport au plus bas historique, selon les chiffres officiels publiés mercredi.

En données corrigées des variations saisonnières (CVS), le nombre de chômeurs a augmenté de 60.000 personnes sur un mois, principalement en raison d’un effet exceptionnel lié à un ajustement statistique, indique l’Agence pour l’emploi.

Mais les chiffres reflètent également « les premiers effets du ralentissement conjoncturel », écrit l’agence dans un communiqué.

En données CVS, le nombre de postes vacants déclarés a reculé de 6.000 sur un mois en mai.

« La demande des entreprises pour des employés se réduit significativement, tout en restant à un niveau élevé », a commenté Detlef Scheele, directeur de l’Agence pour l’emploi.

Il s’agit de la première augmentation du taux de chômage en données CVS depuis novembre 2013, où il était passé de 6,8% à 6,9%.

Pour l’ensemble de l’année 2019, le gouvernement allemand mise sur 0,5% de croissance et le Fonds monétaire international sur 0,8%, soit un net coup de frein par rapport aux 2,2% de 2017 et 1,4% l’an dernier.

En données brutes, moins représentatives d’une tendance de fond mais qui servent de référence dans le débat public, le nombre de chômeurs a augmenté de 7.000 personnes sur un mois, à 2,24 millions, mais reste en baisse de 80.000 sur un an.

Le taux de chômage brut s’est ainsi maintenu à 4,9%, après être passé pour la première fois sous la barre des 5.0% en avril. Il avait été de 5,1% en mars et 5,3% en février.

« Le ralentissement de la conjoncture se voit clairement », note Martin Müller, économiste chez KfW. Mais « l’emploi devrait continuer à progresser, mais de manière moins dynamique. »

« Sur l’année, il faut s’attendre à une nouvelle réduction du chômage », estime-t-il.

Au niveau régional, le taux de chômage est en mai au plus bas en Bavière (2,7%) et dans le Bade-Wurtemberg (3,1%), contre 7,8% à Berlin, 10% à Brême.

Le chômage dans les anciens Etats-régions d’Allemagne de l’Est (6,5% en CVS) reste supérieur au taux moyen enregistré dans l’ouest du pays (4,7%).

ys/cfe/evs