Amiante: un atelier de Naval Group rouvre après une semaine de fermeture

CAEN, 4 mars 2020 (AFP) – Un atelier de Naval Group à Cherbourg, fermé depuis une semaine en raison de présence d’amiante, a rouvert mercredi mais l’accès de trois secteurs où cette fibre mortelle a été trouvée y est interdit, a indiqué mercredi la direction.

« On a un écart sur quatre éléments parmi les 60 prélèvements » surfaciques effectués sur tout le site de Cherbourg, où sont construits les sous-marins français, a expliqué à l’AFP le service communication du site.

« C’est bien de la présence, pas de l’exposition » à l’amiante, des prélèvements atmosphériques effectués en parallèle s’étant révélés « conformes », c’est-à-dire inférieur à 5 fibres par litres d’air, selon la direction.

« Il n’y a donc pas d’exposition des collaborateurs à des poussières d’amiante dans l’air », selon la même source.

Les quatre lieux pollués sont des « caisses » et un « élément de manutention », autour desquels des « zones de sécurité de 5 m de rayon(…) où on ne peut pas pénétrer » ont été mises en place, selon la direction.

Interrogé par l’AFP sur la surface que cela représentait, le service de presse a répondu « pas grand chose ».

Selon la CGT, les zones polluées sont des zones de transit où du matériel est stocké et où travaillent une quinzaine de personnes.

Sur les 60 prélèvements, 56 ont été effectués dans un atelier où la CGT avait dénoncé la présence d’amiante ce qui avait poussé la direction à le fermer « par précaution » le 25 février, le temps de revérifier les affirmations du syndicat.

Sur les quatre endroits pollués, trois se trouvent dans cet atelier, a précisé la direction.

Les 200 salariés de l’atelier qui avaient été transférés sur d’autres lieux du site ont repris mercredi matin leur travail d’origine, selon la direction.

La pollution détectée vient de deux hangars de stockage du site, dont le toit est en fibrociment, selon la direction.

Interrogé par l’AFP, Vincent Hurel de la CGT s’est félicité que la « pollution soit circonscrite » mais le syndicat demande que des prélèvements soient effectués également dans les étages du bâtiment où se trouve l’atelier qui a rouvert mercredi.

Selon la CGT, 550 salariés du site sont morts de l’amiante entre 1977 et 2012.

L’amiante est interdit en France depuis 1997 mais, selon l’association des victimes de l’amiante, la DCN (devenu depuis DCNS puis Naval Group) avait obtenu une dérogation de 5 ans.

Naval Group est détenu à 62% par l’Etat français. Près de 5.000 personnes, dont 3.000 salariés de Naval Group, travaillent sur son site cherbourgeois.

clc/aag