Annonces Macron sur l’hôpital: le Sénat suspend la séance sur le budget de la Sécu

PARIS, 14 novembre 2019 (AFP) – Le Sénat à majorité de droite a suspendu jeudi ses travaux sur le projet de budget de la Sécurité sociale, estimant que les déclarations d’Emmanuel Macron sur les hôpitaux traduisaient un « mépris » du chef de l’Etat pour le Parlement.

Emmanuel Macron a annoncé à Epernay (Marne) que des « décisions fortes » pour les hôpitaux seraient présentées mercredi par l’exécutif pour répondre à la colère du personnel hospitalier. Or le vote du Sénat sur le projet de loi de financement de la Sécurité sociale est prévu la veille, mardi.

La séance a été suspendue immédiatement après la prise de parole du chef de l’Etat, à la demande du groupe CRCE à majorité communiste, dont la présidente Eliane Assassi a dénoncé un « mépris » du Parlement.

Une conférence des présidents a été convoquée à 18H15 pour décider de la suite des travaux.

« On verra ce que nous faisons ce soir, mais il est hors de question de prendre en otage le Parlement et notamment la Haute Assemblée dans ce cafouillage politique », a déclaré à la presse le chef de file du groupe LR Bruno Retailleau.

« On travaille pour rien, c’est un théâtre d’ombres, c’est le mépris total une fois de plus d’Emmanuel Macron pour le Parlement », a-t-il ajouté.

Selon le scénario évoqué par le président de la commission des Affaires sociales Alain Milon (LR), la conférence des présidents pourrait décider la reprise de l’examen du texte, jusqu’à la fin de la partie recettes du budget, assez proche. Celle-ci serait rejetée, ce qui empêcherait la poursuite de l’examen du reste du texte en première lecture.

« Je pense qu’on ne va pas discuter très longtemps », a déclaré Hervé Marseille, le président du groupe centriste, à l’AFP. « Est-ce que le Parlement a voix au chapitre ? Peut-être qu’il y a des annonces qui peuvent se faire devant le Parlement », a-t-il ajouté.

La porte-parole du groupe PS Michelle Meunier fustigeait pour sa part « un manque de considération ». « Soit on rejette le volet recettes, soit on arrête tout de suite », a-t-elle dit.

vm/bap/nm