AP-HP: l’intersyndicale interpelle à nouveau Hollande contre la réforme des 35 heures

PARIS, 30 novembre 2015 (AFP) – L’intersyndicale de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), opposée au projet de réorganisation du temps de travail du directeur général Martin Hirsch, a de nouveau interpellé lundi François Hollande et une vingtaine de syndicalistes ont pris leurs quartiers au siège de l’institution.

« En raison de l’actualité et de l’état d’urgence empêchant l’expression des personnels », l’intersyndicale (CGT, Sud, FO, CFE-CGC, CFTC, Unsa) exige dans un communiqué un « moratoire et le retrait du projet de réorganisation du temps de travail », en appelant « au président de la République ».

Elle dénonce « l’accord minoritaire » décroché par Martin Hirsch le mois dernier auprès de la seule CFDT, qui entérine une réduction du nombre de RTT et introduit de nouveaux modes d’organisations pour les 75.000 personnels (hors médecins) des 39 établissements de l’AP-HP, et un « passage en force scandaleux ».

Syndicats et direction s’étaient retrouvés lundi matin à l’occasion d’un Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) sur le projet de réforme.

A l’issue de la réunion, des représentants syndicaux – une vingtaine selon la direction, plusieurs dizaines selon les syndicats – ont décidé d’occuper la salle des instances, située au siège de l’institution, dans le IVè arrondissement de Paris.

« Nous allons nous maintenir sur les lieux aussi longtemps que nous le pourrons », a assuré à l’AFP Rose May Rousseau (CGT).

De son côté, la direction a réfuté tout « passage en force », insistant sur sa volonté « de respecter les procédures et de permettre aux instances de jouer leur rôle ».

ac/bow/ei