Arjowiggins: les salariés de la Sarthe reçoivent leur lettre de licenciement

 RENNES, 17 avril 2019 (AFP) – Les quelque 580 salariés d’Arjowiggins Papiers couchés à Bessé-sur-Braye (Sarthe) ont commencé à recevoir mercredi leur lettre de licenciement après la mise en liquidation judiciaire de leur usine fin mars, a-t-on appris de source syndicale.

« Les gens commencent à recevoir leur lettre, c’est une étape compliquée. C’est comme quand on a un membre de la famille qui est très malade et on sait que ça va mal finir… Et là, la lettre: il n’y a plus d’espoir », a expliqué à l’AFP Christophe Garcia, délégué syndical CFE-CGC et secrétaire du Comité d’entreprise (CE).

Les employés, après réception de leur lettre, « ont trois semaines pour accepter ou refuser le CSP (Contrant de sécurisation professionnelle, NDLR) », qui permet un accompagnement renforcé, « ou de rentrer au chômage normalement », a précisé M. Garcia.

Une trentaine de personnes, qui sont dans une cellule liquidative, vont eux voir leur contrat prolongé pour la gestion de l’usine, comme des électriciens ou des employés travaillant aux ressources humaines qui doivent régler les soldes de tout compte.

Environ 150 employés de l’usine du Bourray, près du Mans, touchée elle par une cession partielle, ont également commencé à recevoir les lettres de licenciement, d’après la même source.

« Il n’y aura pas d’indemnités supra-légales car c’est une liquidation judiciaire. On est dans la pire des configurations », a dit M. Garcia.

Une réunion, à l’initiative de Pôle emploi, est prévue le 25 avril dans une salle de Bessé-sur-Braye avec des employeurs de la région pour aider les salariés licenciés à retrouver un emploi, a indiqué à l’AFP Jacques Lacoche, maire de cette commune de 2.200 habitants, à environ une heure de voiture du Mans, de Tours et de Blois.

Le tribunal de commerce de Nanterre avait prononcé le 29 mars la liquidation judiciaire d’Arjowiggins Papiers Couchés à Bessé-sur-Braye et la cession partielle de l’usine du Bourray.

mas/gvy/asm