Assurance-chômage, emploi des jeunes… Plusieurs concertations dans les prochaines semaines

PARIS, 4 juin 2020 (AFP) – Assurance-chômage, chômage partiel, emploi des jeunes, formation, régulation du travail détaché: plusieurs chantiers feront l’objet de concertations ou discussions entre le gouvernement et les partenaires sociaux dans les prochaines semaines, a indiqué jeudi la ministre du Travail, Muriel Pénicaud.

Des échanges sur la réforme contestée de l’assurance-chômage devront aboutir à des décisions « d’ici l’été », a annoncé la ministre du Travail dans la cour de l’Elysée, à l’issue d’une réunion de plus de trois heures avec syndicats et patronat.

Alors que toutes les organisations syndicales réclament l’annulation de cette réforme, dont le deuxième volet a été reporté au 1er septembre à cause de la crise, « les choses sont très, très ouvertes sur l’assurance-chômage », a précisé le ministère.

« Il y a probablement certains sujets qui sont inapplicables aujourd’hui, ou en tout cas pas applicables » à une « date rapide », a relevé Muriel Pénicaud sans plus de détails.

Concernant le chômage partiel, la ministre a fait valoir que « l’Etat ne peut pas durablement prendre en charge, payer les salaires de millions de personnes dans le secteur privé ». Elle a jugé « nécessaire » de créer « un dispositif spécifique d’activité partielle mis en place par un accord collectif d’entreprise ou de branche », qui donnerait lieu à indemnisation « en contrepartie du maintien dans l’emploi ».

« Les conditions de cette activité partielle de longue durée seront définies d’ici 15 jours. Dès lundi, je commence les concertations avec les partenaires sociaux sur le sujet », a-t-elle poursuivi, ajoutant que des « mesures sectorielles » pourraient compléter ce dispositif.

La ministre mènera d' »autres chantiers de concertation dans les jours qui viennent ».

L’un concernera l’emploi des jeunes, « qui risquent d’être toujours les derniers embauchés dans un contexte de crise ». « Près de 800.000 jeunes vont sortir du système scolaire ou universitaire cet été, il faut qu’il y ait une réponse qui leur permette de se projeter dans l’avenir », a-t-elle dit.

Un autre chantier a trait à la formation: « Que ce soient les salariés en chômage partiel ou les demandeurs d’emploi, il faut permettre à chacun d’utiliser cette période difficile comme une occasion de rebond et de développement des compétences extrêmement nécessaires demain en matière numérique, de transition écologique, d’aide aux personnes… ». Il y aura « une discussion avec les partenaires sociaux » pour voir « comment mobiliser les instruments existants, quitte à les modifier », a-t-elle ajouté, citant le « plan d’investissement dans les compétences » et le « compte personnel de formation ».

Autre sujet de discussion: la régulation du travail détaché. « Au moment où le chômage reprend, évidemment, l’importance du travail détaché en France interroge », a relevé la ministre, disposée à « voir comment le réguler mieux ».

Enfin, le gouvernement entend se pencher, avec les partenaires sociaux, sur « les relations entre donneurs d’ordre et sous-traitants », sur les questions d’emploi, de compétences et de chômage partiel.

bur-bfa/far/swi