Assurance chômage: la CFDT ne veut pas négocier « pour rogner les droits »

PARIS, 11 juillet 2018 (AFP) – Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, a prévenu mercredi qu’une négociation sur l’assurance chômage pour « rogner les droits » des demandeurs d’emploi, « cela ne marchera pas ».

Invité de Radio Classique, Laurent Berger a rappelé qu’il y avait déjà eu « une négociation à la demande du gouvernement », ajoutant qu' »apparemment cela ne suffit pas ».

Le gouvernement a demandé aux organisations patronales et syndicales de renégocier la convention d’assurance chômage dès septembre.

« Si le gouvernement nous demande de rendre l’assurance chômage plus performante sans rogner sur les droits, cela se regarde; si c’est pour aller rogner les droits avec une lettre de cadrage du gouvernement qui, en fait, est déjà la conclusion de la négociation, cela ne marchera pas », a-t-il dit.

Interrogé sur l’instauration d’une allocation chômage longue durée, évoquée par la ministre du Travail Muriel Pénicaud, Laurent Berger a estimé possible de « mieux articuler la solidarité interprofessionnelle de l’assurance chômage avec la solidarité nationale des minima sociaux » et de « faire des choses beaucoup plus intelligentes ».

En revanche, il a mis en garde le gouvernement contre « la volonté de repasser » à l’Unédic la dépense de l’allocation spécifique de solidarité (ASS), versée aujourd’hui aux chômeurs en fin de droits: « Je le dis clairement, cela ne pourra pas être +faites mieux avec moins+ ».

Il a redit son « désaccord » avec le financement de l’assurance chômage par la CSG, effectif depuis janvier et défendu la nécessité de mettre en place un bonus-malus pour les entreprises afin de lutter contre la précarité des emplois.

db/gbh/esp