Aubert & Duval: le conflit entre dans sa 4e semaine à Firminy

SAINT-ÉTIENNE, 15 novembre 2016 (AFP) – Les salariés grévistes d’Aubert & Duval (groupe Eramet) ont voté mardi la poursuite de leur mouvement, qui entre dans sa quatrième semaine, pour s’opposer au projet de fermeture de l’aciérie de Firminy (Loire), a-t-on appris auprès des syndicats et de la direction.

Cette décision a été prise en dépit de la proposition de la direction de suspendre pendant trois mois, jusqu’à début février, la procédure de restructuration annoncée le 24 octobre, qui prévoit la suppression de 70 postes sur 230.

Les deux ateliers « amont » du site, l’aciérie et la forge, restent à l’arrêt, contraignant les activités « aval », l’usinage et le traitement de surface, à fonctionner au ralenti.

Parmi les 42 salariés de l’aciérie et de la forge qui ont participé en matinée à l’assemblée générale, la moitié (soit 9% de l’effectif total du site) a décidé de poursuivre son mouvement de grève, tandis que l’autre moitié était prête à reprendre le travail, précise-t-on de même source.

En dépit de la division des salariés, les grévistes ont décidé la poursuite du mouvement, précise la CGT, seule organisation syndicale représentée dans le collège ouvriers et employés.

Face au blocage, le directeur d’Aubert & Duval Firminy, Hervé Heimen, indique s’être « adressé aux salariés pour leur exposer les échanges qui ont eu lieu avec leurs représentants au cours des trois semaines de grève et les risques encourus vis-à-vis des clients et pour l’avenir du site ».

« Il faut que le travail reprenne très rapidement dans l’activité amont qui bloque l’usinage et le traitement thermique des pièces car nous avons des clients que nous devons servir, au risque de les perdre », a-t-il ajouté.

L’arrêt de l’aciérie à Firminy est prévu mi-2017, puisqu’il est prévu de regrouper cette activité avec celle d’une autre unité d’Aubert & Duval située aux Ancizes, dans le Puy-de-Dôme.

La direction souhaiterait spécialiser le site ligérien dans la forge et l’usinage de pièces unitaires de grande dimension, à plus haute valeur ajoutée.

Elle fait valoir que, « du fait de la baisse des commandes, l’atelier d’aciérie de Firminy ne fonctionne qu’à 30% de ses capacités, ce qui génère des pertes chroniques pour l’entreprise ».

Le projet de restructuration doit s’accompagner de 60 à 70 suppressions de postes, des reclassements étant proposés au sein du groupe Eramet, auquel appartient Aubert & Duval.

DM/fga/cam