Berger (CFDT): que les actionnaires de Vivarte « arrêtent de se servir sur l’entreprise »

PARIS, 23 janvier 2017 (AFP) – Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, a demandé lundi aux actionnaires du groupe d’habillement et de chaussures en difficulté Vivarte (la Halle, Caroll, André…), d’arrêter de « se servir sur l’entreprise », réclamant une « vraie stratégie industrielle ».

Le numéro un de la CFDT était venu soutenir les salariés de Vivarte, devant le siège de l’entreprise à Paris, avant un comité de groupe prévu dans l’après-midi au cours duquel les syndicats redoutent l’annonce d’un démantèlement complet du groupe et jusqu’à 2.000 suppressions d’emplois.

Devant une quarantaine de salariés rassemblés à l’appel de la CFDT, Laurent Berger a dénoncé la « stratégie financière suivie par les actionnaires qui n’ont que la rentabilité » en tête et font des « restructurations successives sans jamais se préoccuper des hommes et des femmes qui sont derrière ».

Vivarte dispose du « savoir-faire des salariés », d’implantations dans les centres-villes et en périphérie, de marques et de produits, a détaillé le responsable syndical. Il faut que les actionnaires « arrêtent de se servir sur l’entreprise » et prennent la dette « en charge » et qu’il y ait « une vraie stratégie industrielle », a demandé M. Berger.

Tout en observant que le gouvernement avait « forcément un rôle à jouer quand un plan de cette ampleur s’annonce », le numéro un de la CFDT a souligné qu’une « grosse responsabilité » incombait à « l’employeur ».

Face à cette « situation inacceptable », « l’exemple même de la financiarisation d’une entreprise », les « solutions sont en grande partie dans un peu de moralité de la part des actionnaires », a ajouté M. Berger.

ls-sp/db/jcc/az