Bouleversement syndical chez les pharmaciens, kinés et dentistes

PARIS, 12 décembre 2015 (AFP) – Les élections professionnelles des pharmaciens, des chirurgiens-dentistes et des masseurs-kinésithérapeutes, qui se sont tenues vendredi, ont bouleversé les équilibres syndicaux de ces professions, selon les résultats publiés samedi par le ministère de la Santé.

Jusque-là première organisation représentative, la Fédération française des masseurs-kinésithérapeutes (FFMKR) a obtenu 43,2% des suffrages (-12,5 points par rapport à 2010). Elle a été dépassée d’une courte tête par l’Union nationale des syndicats de masseurs-kinésithérapeutes libéraux (UNSMKL), qui a récolté 44,1% des voix (+7 pts).

Quant au syndicat Alizé, il dépasse la barre des 10% et devient représentatif.

Changement de leader également chez les chirurgiens-dentistes libéraux: la Fédération des syndicats dentaires libéraux (FSDL), avec 39,2% des voix (+9 pts), détrône la Confédération nationale des syndicats dentaires (CNSD), qui plafonne à 37,6% (-13,6 pts).

L’Union dentaire-Union des jeunes chirurgiens-dentistes (UJCD), troisième syndicat représentatif, progresse de 4,7 points, passant de 18,6 % à 23,3 %.

Chez les pharmaciens, en revanche, la hiérarchie ne change pas, mais la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF), premier syndicat, perd tout de même 10,4 points. Avec 48,8% des voix, elle reste en tête devant l’Union des syndicats des pharmaciens d’officine (USPO), qui obtient 42,6% des suffrages (+13,5 pts).

De son côté, l’Union nationale des pharmacies de France (UNPF), troisième syndicat, passe sous les 10% et perd sa représentativité.

Les élections professionnelles fixent le nombre de sièges alloués à chaque syndicat au sein des Unions régionales des professionnels de santé (URPS), représentantes des professions devant les agences de santé (ARS) dans les 17 nouvelles régions (13 en métropole et 4 outre-mer).

Elles déterminent aussi la représentativité pour les cinq prochaines années, et donc les rapports de force lors des négociations avec l’Assurance maladie.

Les syndicats de pharmaciens sont en discussion depuis début novembre avec l’Assurance maladie sur la rémunération sur objectifs de santé publique (ROSP), une somme qui leur est allouée pour leur participation active à la substitution des médicaments princeps par des génériques.

Quant aux dentistes, ils doivent négocier au deuxième semestre 2016 une nouvelle convention avec l’Assurance maladie, qui fixe, entre autres, leurs honoraires.

jah-est/bow/phc