Bruxelles propose 5,1 M EUR pour le reclassement des salariés licenciés de MoryGlobal

PARIS, 7 avril 2016 (AFP) – La Commission européenne a proposé jeudi une enveloppe de 5,1 millions d’euros pour faciliter le reclassement des travailleurs licenciés du transporteur MoryGlobal, en réponse à une demande de la France.

Cette mesure concerne 2.132 anciens salariés et passe par le Fonds européen d’ajustement à la mondialisation (FEM), qui vient en aide aux travailleurs licenciés en raison de la crise économique.

« Les fonds demandés par les autorités françaises, d’un montant de 5,1 millions d’euros, aideront ces travailleurs dans leur transition vers de nouveaux emplois », précise la Commission dans son communiqué.

La proposition doit encore être soumise à l’approbation du Parlement européen et du Conseil des ministres de l’UE, ce qui prend en général huit semaines.

« La crise a frappé durement le secteur du transport routier de marchandises », a déclaré Marianne Thyssen, commissaire européenne pour l’Emploi et les Affaires sociales. « Le FEM contribuera à faciliter et à accélérer la transition professionnelle des travailleurs en les aidant à adapter leurs compétences aux exigences de futurs emplois dans leur région ou au-delà », a-t-elle ajouté.

La France avait déjà sollicité le soutien de Bruxelles après le licenciement de 2.513 salariés de Mory Ducros, devenue par la suite MoryGlobal, ce qui avait conduit la Commission à proposer une enveloppe de 6 millions d’euros en février 2015.

Le financement par le FEM vise à aider les travailleurs à retrouver un emploi grâce au cofinancement d’un dispositif d’accompagnement renforcé, c’est-à-dire une fourniture de services de conseil et d’orientation par une équipe de consultants experts.

Le coût total de ce train de mesures est estimé à 8,5 millions d’euros, dont 5,1 millions seront pris en charge par le FEM.

La société MoryGlobal, active dans les services de courrier, de transport et de livraison de marchandises, a été placée en liquidation judiciaire fin mars 2015, un an seulement après sa création sur les décombres de la société Mory Ducros, elle-même liquidée début 2014 au prix de 2.800 licenciements.

Depuis sa création, MoryGlobal était confrontée à des difficultés supplémentaires, telles que « la dégradation constante du marché de la messagerie, conjuguée à une diminution des volumes du transport routier de marchandises de l’ordre de 3 à 5% en 2014 », précise la Commission.

Ces éléments ont conduit à une « pression permanente sur les prix », ainsi qu’à un « climat social difficile », et ont entraîné des pertes de 27,1 millions d’euros entre février et septembre 2014, ajoute-t-elle.

hdu/jum/cb/pad